Autoroutes suisses: Un élu veut autoriser le dépassement par la droite
Actualisé

Autoroutes suissesUn élu veut autoriser le dépassement par la droite

Dans une interpellation, Beat Walti (PLR/ZH) souhaite lever l'interdiction de doubler par la voie de droite sur les autoroutes. La fondation RoadCross est sceptique.

par
Jacqueline Büchi/ofu
En 2014, le Conseil fédéral s'était déjà opposé à une levée de l'interdiction de dépasser par la droite.

En 2014, le Conseil fédéral s'était déjà opposé à une levée de l'interdiction de dépasser par la droite.

photo: Keystone

Les usagers de la route le savent: dépasser par la droite sur une autoroute est considéré comme une grave infraction au Code de la route. En effet, celui qui se fait pincer risque une peine pécuniaire de plusieurs milliers de francs ou même une peine privative de liberté allant jusqu'à trois ans.

Il existe néanmoins des exceptions. La conduite en «files parallèles» (lire encadré) est ainsi autorisée sous certaines conditions, a rappelé le Tribunal fédéral dans un récent jugement.

Les Sages priés de donner leur avis

Pour Beat Walti (ZH/PLR) la situation actuelle est absurde: «En tant qu'automobiliste on ne sait plus ce qui est autorisé et ce qui ne l'est pas», critique le conseiller national, qui veut abolir l'interdiction de dépasser par la droite sur les autoroutes du pays.

Dans une interpellation déposée le 16 juin, l'élu PLR demande au Conseil fédéral de prendre position. Selon le Zurichois, la mesure permettrait non seulement de rendre plus claire une situation floue, mais également de fluidifier le trafic.

«Augmenter le risque d'accident»

Stefan Krähenbühl, de la fondation RoadCross, est sceptique: «Autoriser le dépassement par la droite reviendrait à augmenter le risque d'accident.» Et d'ajouter: «Pour les automobilistes, il est important de pouvoir se ranger sans danger sur la voie de droite, sans craindre l'arrivée de voitures rapides par l'arrière.» Selon lui, le dépassement par la droite mènerait aussi à davantage de freinages abrupts, ce qui provoque plus de bouchons.

Dans une réponse à une motion déposée en 2013 par le conseiller national schaffhousois Thomas Hurter (UDC) et rejetée en 2014 par le Parlement, le Conseil fédéral s'était déjà prononcé contre une levée de l'interdiction du dépassement par la droite. Doris Leuthard avait ainsi rappelé que cette règle était en vigueur dans toute l'Europe et qu'elle avait fait ses preuves. Un argument qui ne convainc pas Beat Walti: «Les usagers de la route peuvent s'adapter à de nouvelles règles.»

Ce qui est autorisé et ce qui ne l'est pas

Quelle est la différence entre un dépassement par la droite et la conduite en files parallèles? Deux jugements du Tribunal fédéral répondent à cette question. Dans le premier, un homme a été condamné à une peine pécuniaire de 2000 francs ainsi qu'à une amende de 500 francs pour avoir dépassé par la droite deux voitures qui roulaient à 100 km/h sur la voie de gauche. En revanche, le Tribunal fédéral a acquitté en mars de cette année un conducteur qui avait été condamné par la justice bernoise. Il s'était rabattu sur la voie de droite pour continuer sa route à 90 km/h parce que le trafic venait de ralentir sur les deux voies de gauche. Les juges de Mon-Repos ont ainsi estimé que se rabattre sur la voie de droite pour continuer sa route, en cas de ralentissement, n'est pas illicite.

Ton opinion