Berne – Un employé des CFF manipulait les automates à billets
Publié

BerneUn employé des CFF manipulait les automates à billets

Des caméras de surveillance ont montré comment un individu a réussi à soutirer de l’argent aux clients qui achetaient des billets. Viré, il a contesté son licenciement.

L’employé indélicat bloquait la sortie de la monnaie.

L’employé indélicat bloquait la sortie de la monnaie.

CFF (image d’illustration)

Dans une gare de Suisse, les réclamations ont commencé à se faire nombreuses. Des clients ont signalé qu’ils ont acheté des titres de transport à un automate mais qu’ils n’ont pas reçu l’argent en retour. Apparemment, la distribution des billets de banque ne fonctionnait pas.

Après enquête, onze situations suspectes ont été constatées selon un schéma à chaque fois similaire. Un homme s’approche du distributeur, scrute les alentours et cache la caméra de surveillance. On distingue alors que l’homme place quelque chose dans la fente par laquelle les billets de banque sortent lorsqu’il faut rendre la monnaie après un achat. Peu après, l’individu retire le système de blocage. Cette ruse, appelée «cash trapping». Elle est aussi utilisée dans les bancomats.

Un collaborateur sans histoire

Dans ce cas précis, l’homme portait un uniforme des CFF. Après enquête, le transporteur a découvert qu’il s’agissait d’un collaborateur de l’équipe de nettoyage, âgé de 44 ans. Engagé par les CFF depuis l’âge de 19 ans, il n’a jamais commis d’écart en 25 ans de carrière . Convoqué, le voleur a nié les faits. Mais les CFF ont décidé de le licencier sans préavis, ce que le principal intéressé a contesté. Mais le Tribunal administratif fédéral (TAF) a conclu que l’employeur avait eu raison sur toute la ligne, rapporte la «Schweiz am Wochenende.»

Récemment également, le TAF s’est prononcé sur le comportement d’un collaborateur qui manipulait les contrôles de freins des trains en inscrivant des valeurs fictives. Dans ce cas aussi, le TAF avait donné raison aux CFF, qui l’avaient viré.

Que faire en cas de problème?

S’ils n’ont pas souhaité communiquer si d’autres cas similaires avaient été rapportés dernièrement, les CFF demandent aux voyageurs de rester vigilants. Ils conseillent aux personnes suspectant un «cash trapping» de composer le numéro de la Helpline, inscrit sur chaque automate. Les clients seront ensuite remboursés.

(jbm)

Ton opinion