Chine: Un enfant sauve sa mère sur son lit de mort
Actualisé

ChineUn enfant sauve sa mère sur son lit de mort

Un garçon de sept ans, luttant contre un cancer du cerveau, est mort, sauvant ainsi la vie de sa mère, sous dialyse, en lui donnant un de ses reins.

par
adi

La mort de Chen Xiaotian, le 2 avril, a permis de sauver trois personnes, dont sa mère, Zhou Lu, gravement malade, a rapporté jeudi le «Daily Mail», en citant différents médias chinois.

Zhou Lu, 34 ans, a été diagnostiquée avec une maladie rénale en novembre 2011. Mais, un malheur n'arrivant jamais seul, six mois plus tard, les docteurs ont détecté un cancer du cerveau à son fils Chen Xiaotian, alors âgé de cinq ans. Le garçon a été opéré immédiatement, mais le cancer s'est propagé à l'ensemble de son cerveau l'année suivante. L'état de santé de la mère s'est également détérioré, nécessitant une greffe dès que possible. Les deux courageux ont lutté ensemble pendant deux ans.

Devenu paralysé, aveugle et très faible, Chen Xiaotian n'avait alors plus longtemps à vivre. Les médecins ont approché sa grand-mère, Lu Yuanxiu, 57 ans. «Ils m'ont dit que mon petit-fils ne survivrait pas , mais ses reins pourraient aider sa mère et aussi sauver deux autres vies. J'en ai discuté avec Zhou et elle a refusé de but en blanc. Elle ne voulait absolument pas entendre parler d'une greffe.»

Elle accepte à contrecoeur

Mais Chen Xiaotian a exigé que sa mère accepte d'être sauvée. En larmes, Zhou a finalement accédé à sa demande, en disant que si son fils devait mourir, «sa seule consolation était qu'une partie de lui vivrait en elle». La famille a également décidé de faire don de l'autre rein et du foie de l'enfant pour deux autres patients. Le second rein est allé à une jeune fille de 21 ans et le foie à un homme de 27 ans. Le porte-parole de l'hôpital Yi Tai a déclaré que les trois greffes «ont été un véritable succès et que la mort du jeune garçon avait permis à trois personne de retrouver une vie normale».

Il a ajouté que «l'équipe médicale a eu un bref moment de prière et de silence pour le pauvre enfant avant la greffe et que tous avaient les larmes aux yeux».

Ton opinion