France: Un engin explosif désamorcé dans un centre de rééducation pour sportifs
Actualisé

FranceUn engin explosif désamorcé dans un centre de rééducation pour sportifs

Un engin explosif opérationnel a été découvert et désamorcé jeudi midi dans l'enceinte du Centre européen de rééducation du sportif (CERS) de Capbreton en France.

L'acte n'a pas été revendiqué, a-t-on appris de sources judiciaires.

L'engin était "a priori rudimentaire" et "aucune revendication ni inscription" n'a été remarquée sur les lieux, a indiqué à l'AFP une source proche de l'enquête sur place.

"Nous en sommes au tout début des investigations, on ne peut pas dire s'il faut privilégier la piste terroriste ou la malveillance", a-t-on précisé.

Selon le parquet antiterroriste de Paris, qui a été saisi de l'enquête et l'a confiée à la gendarmerie, l'engin était composé de liquide inflammable contenu dans une bouteille d'eau reliée à un dispositif de mise à feu.

Il a été découvert à la mi-journée près d'une baie vitrée par un membre du personnel du CERS qui a aussitôt donné l'alerte. L'engin se trouvait dans l'enceinte du Centre, mais à l'extérieur des locaux, a précisé Claudine Drouin, une des responsables de l'établissement.

Les hommes du services du déminage se sont rendus sur place et ont désamorcé l'engin qui était opérationnel, a précisé le parquet parisien. Des spécialistes de la police scientifique ont également été dépêchés à Capbreton pour effectuer les premières constatations et prélèvements.

"Tout le monde a été évacué et un périmètre de sécurité a été mis en place le temps qu'interviennent les démineurs", a indiqué la source proche de l'enquête.

"Nous avons été évacués dans l'hôtel à côté. Tout s'est passé dans le calme, c'est aussi notre métier", a témoigné Claudine Drouin, jointe au téléphone. L'intervention des démineurs a été "assez rapide", a-t-elle ajouté.

Au cours de l'après-midi, patients et personnels avaient repris leurs activités normales, selon la responsable, qui n'a fait état d'"aucune menace" particulière à l'encontre de son établissement.

A ce stade des investigations, les enquêteurs se sont refusé à établir tout lien avec l'explosion criminelle qui a visé jeudi vers 03H00 une agence immobilière d'Anglet (Pyrénées-Atlantiques), qui se situe à une trentaine de km au sud de Capbreton, et sur laquelle on a relevé l'inscription "Le Pays basque n'est pas à vendre".

Le CERS est un complexe composé de plusieurs bâtiments, sur un boulevard en front de mer à Capbreton. "Tous les grands sportifs viennent là quand ils ont eu un accident. Il y a eu Ronaldo, Schumacher...", a expliqué à l'AFP Stéphane Delpeyrat, vice-président du conseil régional d'Aquitaine, chargé des sports. "C'est le centre de ce type le plus reconnu en Europe", a-t-il poursuivi.

Le CERS appartient au groupe Générale de santé et accueille 120 patients, selon Claudine Drouin. (afp)

Ton opinion