Valais: Un entraîneur de foot soupçonné de pédophilie

Actualisé

ValaisUn entraîneur de foot soupçonné de pédophilie

La police valaisanne a arrêté le coach d'une équipe de football junior. Cet agent de police est accusé d'actes d'ordre sexuel sur des enfants de 10 ans et plus, selon la RTS.

«Ces garçons lui reprochent - ce qu'il ne conteste pas - de leur avoir effectué des caresses volontaires sur le sexe. Il ressort en outre des analyses en cours de l'ordinateur du prévenu qu'il contient des images pédopornographiques», écrit ainsi le rapport que s'est procuré la RTS. Depuis un mois, un entraîneur d'une équipe de football junior valaisanne est en prison. Il est soupçonné d'avoir abusé de plusieurs enfants, âgés d'au moins 10 ans. Cinq cas sont avérés, selon le Ministère public.

Tout a débuté le 25 janvier dernier. Un jeune joueur a dénoncé le comportement suspect de son coach à sa mère. Alertée, la justice des mineurs s'est alors saisie de l'affaire. Arrêté par la police, l'amateur de football et agent de la police municipale de Sion a immédiatement reconnu les faits et a avoué d'autres abus. «En l'occurrence, au fur et à mesure des auditions effectuées par les spécialistes de la police cantonale en matière d'infractions contre l'intégrité sexuelle de mineurs, il apparaît que la liste des victimes du prévenu n'a cessé de s'allonger», selon le rapport.

«J'ai vu des agissements qui ont éveillé le doute»

La famille de l'une des victimes s'est confiée au site lenouvelliste.ch: «J'avais l'habitude de confier mon fils à cet individu. Plusieurs amis de cette personne en faisaient de même. Les enfants aimaient bien aller chez lui car il avait une piscine. Jamais je n'aurais imaginé qu'il puisse se passer quelque chose comme ça. Il adorait les enfants et les enfants l'adoraient aussi. Cependant, j'ai vu des agissements qui ont éveillé le doute. Et quand mon fils n'a plus voulu aller chez lui, j'ai compris que quelque chose de grave s'était passé.»

La détention préventive a été prolongée de trois mois, le temps de permettre à la justice de vérifier les faits. Il ressort encore du rapport que le prévenu, âgé d'une cinquantaine d'années, sévissait depuis plusieurs années. Les auditions continuent. (20 minutes)

Ton opinion