Corée du Sud: Un entraîneur qui agressait sexuellement sa championne ira en prison

Publié

Corée du SudUn entraîneur qui agressait sexuellement sa championne ira en prison

Double médaillée d’or aux JO, Suk-hee Shim a été abusée pendant plusieurs années par son ancien entraîneur alors qu’elle était encore mineure. Il écope de plus de dix ans de geôle.

Un tribunal sud-coréen a condamné jeudi à dix ans et demi de prison un ancien entraîneur pour avoir agressé sexuellement la Sud-Coréenne Suk-hee Shim, double médaillée d’or aux jeux Olympiques en short-track. «L’accusé a commis une agression sexuelle par la contrainte, abusant à plusieurs reprises de l’incapacité de la victime à protester contre son entraîneur», a jugé le tribunal district de Suwont, selon l’agence de presse sud-coréenne Yonhap.

Suk-hee Shim avait accusé son ex-entraîneur Jae-beom Cho en janvier 2019 de l’avoir agressée sexuellement durant des années, alors qu’elle était mineure. Jae-beom Cho, déjà condamné à 18 mois de prison en janvier 2019 pour avoir battu pendant des années Suk-hee Shim, doit désormais purger un total de 12 ans d’emprisonnement.

Âgée de 23 ans, Suk-hee Shim a quatre médailles olympiques à son compteur, dont l’or en relais aux JO de Sotchi en 2014 et à domicile à Pyeongchang.

Onde de choc

La plainte, déposée en janvier 2019 par la championne olympique contre son ex-entraîneur, avait provoqué une onde de choc dans le pays. La Corée du Sud est une puissance sportive régionale, l’un des deux seuls pays d’Asie avec le Japon à avoir accueilli à la fois les jeux d’hiver et ceux d’été. Il figure régulièrement dans le tableau des dix premiers médaillés olympiques.

Dans une société déjà ultra-concurrentielle, gagner dans l’arène sportive compte plus que tout. Les entraîneurs ont un énorme pouvoir sur la carrière des jeunes athlètes. Les abus physiques et verbaux sont fréquents et ceux qui les dénoncent sont souvent condamnés en tant que «traîtres».

(AFPE)

Ton opinion