Actualisé 03.07.2012 à 21:48

WimbledonUn Espagnol peut en cacher un autre

Rafael Nadal éliminé au 2e tour, David Ferrer menace maintenant Andy Murray dans le bas du tableau. Hier, il a fessé Del Potro (6-3 6-2 6-3).

von
Grégory Beaud
Londres
L'Espagnol n'a pas laissé trop de forces sur le cours contre Del Potro.

L'Espagnol n'a pas laissé trop de forces sur le cours contre Del Potro.

Que ceux qui voyaient déjà Andy Murray affronter en fi­nale le vainqueur du match entre Roger Federer et Novak Djokovic se ravisent. L'Ecossais n'aura pas la tâche facile. Même si, jeudi dernier, ­Lukas Rosol lui a dégagé la route en éliminant Rafael Nadal. Mercredi, pourtant, le Britannique devra se défaire de David Ferrer. «Certains croient que c'est un spécia­liste de terre battue, a détaillé Andy Murray. Ce n'est pas le cas. Il a gagné la semaine dernière un tournoi sur gazon. Il a fait une demi-finale à l'US Open et en Australie. C'est vraiment un joueur complet.»

Depuis le début de l'année, le Valencien distille le meilleur tennis de sa carrière. Demi-­finaliste à Roland-Garros, il avait déjà été monstrueux avant de s'écraser face au mur Rafael Nadal. Hier, comme ­depuis le début du tournoi, il a rendu une copie proche de la perfection. «Je ne sais pas si c'est le meilleur match de ma carrière sur gazon, a-t-il tempéré. Une chose est sûre, mon jeu est bien en place.»

Mercredi, face à Andy Murray, un joueur né sur gazon, David Ferrer devra de nouveau jouer un gros match. «C'est lui le favori, a-t-il pré­venu. Avec ce statut, il devrait également avoir plus de pression, surtout à la maison. Mais il en a l'habitude.»

Dernier rescapé de la co­lonie espagnole, David Ferrer ne goûte pas cette anomalie. «D'habitude, c'est Rafael Nadal qui a cet honneur, a-t-il souri. Même si je préférerais qu'il soit toujours là, je me focalise sur­tout sur le tournoi, sans me ­laisser distraire.» «Rafa» est le seul Ibérique à avoir triomphé à Church Road (2008 et 2010). Ferrer a-t-il les épaules pour l'imiter? «Je vais déjà jouer contre Andy Murray, si cela ne vous dérange pas!»

Federer s'est entraîné

Mardi, au lendemain de sa qualification pour les quarts, le Bâlois a décidé au dernier moment de taper ­quelques balles: «Je ne voulais pas faire de connerie», a-t-il ­rigolé. Federer est resté moins d’une heure sur un court annexe: «Cela va mieux que durant mon match.» Aujourd’hui, face à Youzhny, on en saura plus sur son état de santé, mais sa présence hier avait de quoi rassurer.

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!