Etude: Un Européen sur deux ne partira pas en vacances
Actualisé

EtudeUn Européen sur deux ne partira pas en vacances

Cet été, 46% des personnes interrogées resteront chez elles. En Suisse, où la crise frappe moins fort, la tendance est à l'optimisme.

par
jfz
Beaucoup opteront pour une destination près de chez eux.

Beaucoup opteront pour une destination près de chez eux.

Jamais, depuis la création de ce baromètre, en 2000, les Européens n'avaient été si peu nombreux à prévoir des vacances d'été: ils seront 54%, contre 58% l'an passé et 66% en 2011. L'étude annuelle Ipsos-Europ Assistance porte sur les intentions de départ entre juin et septembre dans sept pays européens. «La crise pèse de façon durable», commente Martin Vial, directeur général d'Europ Assistance. Il relève que les vacances ne sont plus un «sanctuaire des loisirs, même chez les Français».

Nos voisins restent toujours ceux qui affichent la plus grande volonté de s'évader l'été (62%), mais ce taux est en baisse de 8% par rapport à 2012. La chute est encore plus marquée en Italie (53%; -10%), en Belgique (49%; -10%) et en Espagne (42%; -9%). La situation est plus stable en Allemagne (52%; -3%) et en Autriche (57%; -2%). Selon ce baromètre, seuls les Britanniques seront plus nombreux à partir (56%; +5%).

La tendance en Suisse, qui n'est pas englobée dans l'étude, devrait aussi être à la hausse. «Oui, ils seront plus nombreux, affirme Peter Brun, porte-parole de Kuoni. Pour mai et juin, nous observons une forte augmentation des réservations. La météo maussade y est pour beaucoup, car des destinations comme les îles grecques, les Canaries ou les Baléares sont prises d'assaut. Pour cet été, il y a également une plus forte demande que l'an dernier.»

(jfz/afp)

Ton opinion