2,5 millions de francs détournés – Un ex-banquier d’UBS démasqué par une collègue pendant ses vacances

Publié

2,5 millions de francs détournésUn ex-banquier d’UBS démasqué par une collègue pendant ses vacances

Un ancien employé de banque comparaît depuis ce mercredi devant la justice zurichoise pour avoir empoché pendant plusieurs années de grosses sommes d’argent appartenant à ses clients.

ofu
par
ofu
Image prétexte

Image prétexte

Andreas Meier

2,5 millions de francs. C’est la somme qu’un Suisse aurait détournée entre 2009 et 2015. L’argent aurait notamment servi à acheter des logements en Serbie. L’ancien employé d’UBS comparaît ce mercredi devant la justice zurichoise. Il risque 4 ans de prison pour escroquerie par métier, faux dans les titres, blanchiment d’argent et abus de confiance. Contacté par «Blick», l’homme de 41 ans dit regretter ce qu’il a fait: «C’était une grave erreur. J’espère pouvoir faire table rase au tribunal.»

Des recherches du journal montrent que la carrière du quadragénaire a débuté de manière prometteuse en 1999, année au cours de laquelle il a commencé à travailler pour UBS. Depuis 2009, il était affecté à la Paradeplatz à Zurich où il s’occupait de clients VIP issus des Balkans. Sur la liste des personnes lésées figurent d’anciens et d’actuels sportifs de haut niveau, parmi eux de nombreux footballeurs.

«J’espérais m’en sortir avec mon prochain bonus»

A la question de savoir pourquoi il s’est soudainement mis à voler ses clients, le prévenu reste vague: «Pas toutes les transactions servaient mon avantage personnel.» Il avoue néanmoins avoir empoché de grosses sommes d’argent, qui lui ont permis d’acheter deux appartements à Belgrade. Après son arrestation, le Ministère public a également saisi son appartement de Volketswil (ZH) et sa Mercedes. Une partie de l’argent volé aurait aussi servi à financer une entreprise de l’accusé.

Le quadragénaire assure qu’il avait prévu de rembourser l’argent volé. «Je croyais pouvoir m’en sortir avec mon prochain bonus», a-t-il expliqué à «Blick». Or, il n’a jamais reçu ce bonus tant attendu. «Un de mes clients, un footballeur, a contacté ma remplaçante pendant que j’étais en vacances. Elle a commencé à se douter de quelque chose. L’escroquerie a été démasquée par elle.»

Date du verdict inconnue

Outre les 4 ans de prison requis par le Ministère public, l’accusé risque de devoir rembourser 200’000 francs à l’état. Son ancien employeur, UBS, réclame un remboursement de 2,1 millions de francs. Le quadragénaire, lui, espère enfin pouvoir tirer un trait sur toute cette histoire. «J’attends mon procès depuis sept ans. C’est très pesant.» On ignore quand le verdict sera rendu.

Ton opinion

30 commentaires