Procès en Allemagne: Un ex-officier syrien nie tout rôle dans la torture
Actualisé

Procès en AllemagneUn ex-officier syrien nie tout rôle dans la torture

Près d’un mois après l’ouverture de ce procès historique des exactions imputées au régime de Bachar al-Assad. L’ancien officier de haut, jugé en Allemagne, s’est pour la première fois exprimé devant le tribunal de Coblence.

L’ancien officier de haut rang des services de renseignement syriens doit répondre de la mort de 58 personnes, de la torture d’au moins 4000 autres, d’un viol et de sévices sexuels aggravés dans le centre de détention Al-Khatib entre le 29 avril 2011 et le 7 septembre 2012. AFP

L’ancien officier de haut rang des services de renseignement syriens doit répondre de la mort de 58 personnes, de la torture d’au moins 4000 autres, d’un viol et de sévices sexuels aggravés dans le centre de détention Al-Khatib entre le 29 avril 2011 et le 7 septembre 2012. AFP

Un ancien officier de haut rang des services de renseignement syriens, jugé en Allemagne pour crimes contre l’humanité, a nié lundi sa responsabilité présumée dans la mort et la torture de détenus. Il commandait un centre de détention de Damas jusqu’en septembre 2012.

Près d’un mois après l’ouverture de ce procès historique des exactions imputées au régime de Bachar al-Assad, Anwar Raslan, 57 ans, s’est pour la première fois exprimé devant le tribunal de Coblence. Cet homme, présenté comme un ex-colonel de la Sûreté d’État, a affirmé «n’avoir ni frappé, ni torturé» de détenus dans le centre de détention damascène Al-Khatib, dit branche 251, dont il avait la charge.

«Je n’ai jamais agi de manière inhumaine», a-t-il assuré dans une déclaration écrite lue pendant plus de 90 minutes à tour de rôle par ses avocats Michael Böcker et Yorck Fratzky. L’accusé, qui encourt la réclusion à perpétuité, a insisté sur le fait qu’il avait au contraire «aidé à libérer» de nombreux prisonniers, des personnes arrêtées dans le cadre du soulèvement contre le régime à partir de mars 2011.

Des milliers de Syriens étaient descendus dans les rues pour réclamer la démocratie dans un pays tenu d’une main de fer par les Assad depuis près de 40 ans.

«Discussion amicale»

Placé derrière une vitre en plexigas en raison de la pandémie liée au nouveau coronavirus, Anwar Raslan doit répondre de la mort de 58 personnes, de la torture d’au moins 4000 autres, d’un viol et de sévices sexuels aggravés dans le centre de détention Al-Khatib entre le 29 avril 2011 et le 7 septembre 2012.

Revenant en détail sur les accusations dont il fait l’objet de la part de 24 témoins survivants interrogés par les enquêteurs allemands, il a systématiquement écarté toute responsabilité, notamment dans le viol d’une détenue. «C’est contre notre morale, contre notre religion», a-t-il assuré.

Il a par exemple décrit l’interrogatoire d’une actrice syrienne interpellée dans une manifestation comme «une discussion amicale dans mon bureau» au cours de laquelle il lui a fait part de «sa grande admiration pour son travail». Or le Parquet général l’accuse d'»avoir eu parfaitement connaissance de l’ampleur des tortures et notamment du fait que des détenus mouraient en raison des violences massives» perpétrées.

Anwar Raslan a insisté sur le fait qu’il avait fait défection et fui la Syrie fin 2012 avant de rejoindre l’Allemagne le 26 juillet 2014. Jugé avec un autre ancien membre des services de renseignement, Eyad al-Gharib, il assure avoir rejoint l’opposition syrienne et participé à des pourparlers de paix en 2014 à Genève.

«Abattoir humain»

De nombreuses ONG dénoncent depuis des années la torture pratiquée dans les centres de détention du régime syrien. Amnesty International évoque même un «abattoir humain» dans la prison de Saidnaya à Damas. Les victimes, entendues par les enquêteurs allemands, ont décrit les tortures auxquelles elles ont été soumises: flagellation, électrochocs, brûlures de cigarettes, coups dans les parties génitales.

«C’est une déclaration absolument insuffisante», a déploré l’un des avocats des parties civiles, Patrick Kroker. «Il n’a pas dit un seul mot de la situation générale dans la branche (251)», a-t-il ajouté. LONG ECCHR, qui soutient 17 victimes, l’accusé a «tenté de minimiser» son rôle.

Ce procès historique pourrait s’étaler sur deux ans. Il marque, selon des ONG, un tournant, à un moment où le régime syrien continue de commettre des exactions en toute impunité.

(ATS/AFP)

Ton opinion