Actualisé 22.04.2008 à 21:18

Un examen de cannabis pour les écoliers vaudois

Le Grand Conseil veut offrir aux
directeurs le droit de tester les amateurs de fumette.

Vaud pourra tester l'urine ou la salive des écoliers pour détecter la consommation de cannabis. C'est ce qu'a souhaité la majorité du Grand Conseil hier, à 72 voix contre 64, au terme d'un long débat. La proposition du député d'Ecologie libérale, Jacques-André Haury, a bénéficié du soutien ferme de la droite face à une gauche viscéralement opposée. «Ces tests ne sont pas fiables», «Ce serait substituer l'école à la police et mélanger les rôles», «A quand l'éthylomètre?».

Les arguments des opposants se sont succédé. Mais ils n'ont pas fait trembler ceux qui souhaitent «permettre aux directeurs d'établir des faits» et de punir l'élève lorsqu'il y a consommation. L'aile droite a dénoncé l'angélisme d'une gauche «pour la dépénalisation», et a appelé à ce que l'école ne soit pas un îlot de non-droit.

L'ultime plaidoyer de la conseillère d'Etat Anne-Catherine Lyon n'a pas suffi à faire classer la proposition. «Où mettrez-vous les limites si vous partez dans cette direction? a-t-elle lancé. Pourquoi pas des éthylomètres et des prises de sang?»

Malgré ses réticences affichées, le gouvernement devra élaborer une proposition suivant la volonté du Grand Conseil. Un choix qui va à l'encontre des recommandations des associations de lutte contre la toxicomanie. La cheffe du Département de la formation a déjà averti que l'application s'annonce problématique, et qu'elle demanderait un avis de droit.

Carole Pantet/Frédéric Nejad

Une question d’actualité

Les députés valaisans ont refusé en février dernier une proposition UDC similaire à celle acceptée hier dans le canton de Vaud. En Italie, c’est une initiative de la Municipalité de Milan qui a fait polémique début mars. Elle a envoyé à 35 000 parents d’ados de 13 à 16 ans des coupons pour obtenir des tests antidrogue gratuitement.

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!