US Open: Un fan embrasse Nadal sur le court
Actualisé

US OpenUn fan embrasse Nadal sur le court

Après la balle de match, Rafael Nadal a vécu presque la même mésaventure que Roger Federer lors de la finale de Roland-Garros. Un fan s'est précipité sur le court pour le féliciter.

Maîtrisé par la sécurité, il a été interrogé par la police aux abords d'un court annexe les menottes aux poignets. On ne badine pas avec la sécurité à New York. «Il était très gentil. Il m'a dit: je t'aime et il voulait m'embrasser. Il me l'a dit en anglais, mais j'ai compris», raconte Nadal avec un grand sourire.

El Matador est de retour

«Il y a un proverbe chez moi en Australie qui me revient souvient à l'esprit: un joueur blessé est un joueur dangereux.» Coach de Gaël Monfils, Roger Rasheed avait mille fois raison de ne pas croire la rumeur qui enflait depuis dimanche à Flushing Meadows.

Non, Rafael Nadal n'est pas «mort». Au contraire, El Matador est de retour.

Le joueur des Baléares a réussi une étonnante démonstration de force lors de son huitième de finale contre Gaël Monfils. Victorieux 6-7 6-3 6-1 6-4, Rafael Nadal a livré son meilleur match depuis son retour aux affaires il y a un mois. Il a laminé physiquement le Français qui se disait pourtant prêt à courir jusqu'au bout de la nuit. «J'ai le coeur d'un Kényan», glissait-il.

Nadal «lancé» contre Gonzalez

Seulement après avoir visité pendant une heure et demie tous les coins du court pour ramener le coup droit de Nadal, le dernier Mousquetaire en lice à New York a crié pouce. Il s'est rendu. Il n'en pouvait tout simplement plus. «Son coup droit croisé, ça s'écarte, ça s'écarte et au bout d'un moment, cela devient «re- lou». Je n'avais qu'une heure et demie de grand tennis physiquement», avouait le Français.

Après cette victoire, qui lui assure de ravir lundi la place de no 2 mondial à Andy Murray, Rafael Nadal arrive «lancé» pour son quart de finale contre Fernando Gonzalez. «J'ai vu son match contre Tsonga. Son niveau de jeu est impressionnant, lâche Nadal. Son coup droit fait toujours aussi mal. Si je ne joue pas mon meilleur tennis jeudi, je n'ai aucune chance.» «Rafa» conserve dans sa mémoire le douloureux souvenir du quart de finale de l'Open d'Australie 2007 où Gonzalez, irrésistible sur la route de sa finale contre Roger Federer, s'était imposé 6-2 6-4 6-3.

Un risque pour l'instant payant

Rafael Nadal pourra-t-il toujours jouer avec autant d'intensité face à Gonzalez que devant Monfils ? On se souvient qu'il avait été soigné aux abdominaux dimanche lors de son troisième tour contre Nicolas Almagro. Face à Monfils, il portait un patch sur le ventre. «Je ne souhaite toujours pas m'exprimer sur la question des blessures. Je peut juste dire que mes genoux tiennent...», lâche Nadal.

Le staff médical de l'ATP lui aurait conseillé d'observer une pause de six semaines pour soigner sa blessure aux abdominaux. Il s'agirait d'une petite déchirure musculaire contractée à Cincinnati. Mais le Majorquin a préféré prendre le risque de jouer le seul tournoi du Grand Chelem qui ne figure pas à son palmarès. Pour l'instant, il s'avère payant.

Roger Federer vivait une mésaventure similaire lors de la finale de Roland Garros cette année:

(ats)

Ton opinion