Lucerne: Un faux banquier vend de la vraie drogue en ligne
Actualisé

LucerneUn faux banquier vend de la vraie drogue en ligne

Acheter de l'herbe sur internet et se la faire livrer à domicile. C'est ce que propose un site lucernois. Les e-mails de promotion ont été envoyés via l'adresse piratée d'un banquier. La police enquête.

par
vro/dmz
La page d'accueil du site.

La page d'accueil du site.

Des milliers de personnes ont reçu un e-mail publicitaire assez particulier ces derniers jours. «Commandez votre marijuana en toute sécurité et de manière anonyme. Le paiement peut se faire en bitcoins (ndlr: monnaie électronique hors des réseaux traditionnels. Un bitcoin vaudrait environ 120 francs), annoncent-t-ils. L'adresse utilisée pour leur envoi est celle d'un membre de la direction de la Banque cantonale lucernoise (LUKB).

Daniel Von Arx, porte-parole de l'établissement, a expliqué que les e-mails sont l'oeuvre d'un pirate et n'ont pas transité par les serveurs de la banque. «La page Facebook du Coffeeshop (ndlr: appellation à la mode des magasins qui vendent de la marijuana) renvoyait aussi vers notre collaborateur. Nous avons immédiatement fait retirer cette mention. La LUKB a prévenu la police afin de retrouver l'auteur du piratage. Celle-ci confirme être au courant du cas. Simon Kopp, porte-parole de la police cantonale lucernoise, affirme qu'une enquête pour trafic de drogue est en cours, sans donner plus de détails.

Des malins

L'enquête risque d'être compliquée. Les créateurs du site promettent qu'ils ont utilisé un système de cryptage sophistiqué, d'où des lenteurs à l'ouverture de la page d'accueil. De plus, en utilisant un navigateur conseillé par leurs soins, impossible de tracer les adresses IP des gens qui passent commande.

Enfin, les dealers online jouent avec la loi afin de s'attirer la confiance de leurs clients. La quantité maximale d'herbe commandée ne peut dépasser 9,9 grammes. En effet, à partir du 1er octobre, la loi fédérale s'assouplit. Jusqu'à 10 grammes de cannabis saisis, le contrevenant ne risque qu'une amende d'ordre de 100 francs, sans inscription dans le casier judiciaire, ni, en principe, d'enquête pénale.

Ton opinion