France: Un faux colonel de la Légion étrangère arrêté
Actualisé

FranceUn faux colonel de la Légion étrangère arrêté

Sous une fausse identité, un sexagénaire arborait médailles et uniforme. Alors qu'il n'avait jamais fait partie de l'armée.

Une image de soldats de la Légion étrangère. (Photo d'illustration)

Une image de soldats de la Légion étrangère. (Photo d'illustration)

photo: Kein Anbieter

Uniforme à épaulettes, décorations, pseudonyme: en déployant toute la panoplie, un sexagénaire français a réussi pendant des années à se faire passer pour un ancien officier de la prestigieuse Légion étrangère française, avant d'être arrêté la semaine dernière.

«Depuis plusieurs années, cet individu se présentait comme colonel de la Légion étrangère, ancien agent des services de renseignements», sous le nom d'emprunt d'Aramis de Saint-Gilles Roulin, a expliqué la gendarmerie.

Ce résident de l'île d'Oléron, dans l'ouest de la France, s'invitait dans «les cérémonies patriotiques» vêtu de l'uniforme de la Légion et arborant les plus hautes distinctions françaises: la Légion d'honneur et l'Ordre national du mérite.

«Il avait de vrais fourreaux d'épaules, l'insigne du 2e REP (Régiment étranger de parachutistes) (...) et la fourragère (une corde tressée qui sert de distinction) de la Légion d'honneur», a précisé un gendarme. Le seul élément qui pouvait surprendre, c'était l'insigne du commando Guyane, un stage de 15 jours qui n'est rien pour un légionnaire», a-t-il ajouté.

La justice enquête

Mais «son comportement a fini par attirer l'attention des militaires, qui ont décidé de mener des investigations à son sujet», a précisé la gendarmerie. Il a finalement été arrêté le 14 janvier pour «port illégal d'uniforme et de décorations, usurpation de titre et de fonctions».

Les enquêteurs ont découvert que le suspect n'a jamais appartenu à l'armée, et encore moins fait partie d'un quelconque service de renseignements. La justice a décidé de poursuivre les investigations, afin de mieux comprendre la personnalité de l'intéressé et ses motivations. (nxp/afp)

(NewsXpress)

Ton opinion