Genève: Un festival champêtre envers et contre le Covid
Publié

GenèveUn festival champêtre envers et contre le Covid

Cet été, durant plus de trois semaines, une manifestation polymorphe invitera la population à se ressourcer à la campagne.

par
Maria Pineiro
Le festival devrait se tenir dans un champ aménagé comme un crop circle
Le Champ des possibles

Le festival devrait se tenir dans un champ aménagé comme un crop circle

 Gregory Brunisholz

Imaginez un champ de maïs dans lequel on a dégagé cheminements et espaces sur le modèle d’un crop circle. Il fait beau, il fait chaud et vous déambulez de la buvette à l’espace concert ou yoga. Délirant à l’heure du Covid-19, alors que le Conseil fédéral a renoncé à élargir les réouvertures vendredi? Pas totalement, car la crise sanitaire n’a pas eu raison de tous les optimismes. Ainsi, du 17 juin au 10 juillet prochain, selon les conditions, se tiendra «Le Champ des possibles», à Veyrier (GE), au pied du Salève. La manifestation se déroulera sur le terrain d’un agriculteur partenaire, aménagé pour l’occasion. «L’idée est née durant le premier confinement, confie Monique Leuenberger, coordinatrice du Service culture et manifestations de la commune de Veyrier. Nous nous sommes demandé ce que nous pourrions proposer une fois les mesures levées? Il était clair que les gens auraient envie de sortir.»

Insuffler de la confiance

Ainsi, malgré les incertitudes, les ouvertures et les fermetures, Monique Leuenberger et son collègue Thibault Zanoni sont allés de l’avant pour monter la première édition de ce festival. Une éventualité rendue possible grâce au soutien des autorités. «Si on ne travaille pas avec une forme d’espoir, on arrête tout!» s’exclame Aline Tagliabue, maire de Veyrier. La magistrate relève que le service culturel communal opère depuis une année au gré des mesures changeantes, avec à la clé, de nombreuses modifications de programmes et d’annulations. La mairie a soutenu la volonté de proposer une manifestation estivale. Aline Tagliabue se défend de toute naïveté, la localisation en extérieur doit permettre plus de souplesse. Elle est convaincue des bienfaits d’organiser ce type d’événements: «Il est important d’insuffler de la confiance, de la vie», insiste la magistrate.

Pour autant, le Covid n’est pas oublié, Thibaut Zanoni, coordinateur du Service culture et manifestations, explique que la multitude de propositions du Champ des possibles permettra de s’adapter aux mesures qui seront en place lors du festival. Les animations proposées visent à drainer différents publics selon les heures de la journée. Quand bien même, la commune est bien consciente que l’affluence pourrait devenir problématique le soir. «Nous espérons que l’offre d’animation estivale sera suffisamment fournie au niveau cantonal pour ne pas avoir à refuser de monde», explique Aline Tagliabue.

Coopération bienveillante

Le champ des possibles a convaincu au-delà de Veyrier, puisque plusieurs communes s’y sont associées et qu’il bénéficie du soutien de l’État. La tenue de manifestation est bien sûr conditionnée aux restrictions Covid. In fine, c’est le Canton qui délivrera l’autorisation définitive. «Nous travaillons dans un esprit de bienveillance avec les organisateurs de diverses manifestations, indique Laurent Paoliello, porte-parole du Département de la sécurité, de l’emploi et de la santé. Nous sommes bien conscients qu’il faut de l’anticipation pour mettre sur pied une programmation ambitieuse. Nous étudions les mesures à mettre en place dans l’éventualité de la tenue de l’événement. Les autorisations définitives ne sont bien évidemment délivrées que si la situation et les règles le permettent.»

Des concerts au cours de yoga

Le programme du Champ des possibles n’a pas encore été dévoilé mais le site internet du festival permet d’imaginer les possibilités offertes cet été. Pour l’événement, les deux coordinateurs ont décidé de collaborer avec le concepteur de l’Escale, un lieu de détente éphémère installé sur la rive gauche du lac en été par la Ville de Genève. «Nous avions beaucoup apprécié son côté participatif», souligne Thibault Zanoni. Ainsi, au programme, conception du crop circle qui servira de lieu de déambulation au public, aide à la construction des différents espaces, marché aux plantons, guinguette, scène de concerts ou encore cours de yoga.

Ton opinion

117 commentaires