Actualisé 04.01.2016 à 21:01

Chavannes-de-Bogis (VD)Un feu bloqué sur le rouge irrite un village de La Côte

La panne d'une signalisation pousse les conducteurs à l'infraction.

par
Jérôme Faas
C'est ce feu rouge de la route de Bogis-Bossey, ici avant les travaux, qui reste désespérément rouge de nuit.

C'est ce feu rouge de la route de Bogis-Bossey, ici avant les travaux, qui reste désespérément rouge de nuit.

photo: Kein Anbieter/Google

Ernesto redoute d'être amendé. Depuis des semaines, lorsqu'il part tôt, à 4 h du matin, cet employé de l'aéroport grille un feu rouge. A sa décharge, il n'a pas le choix: de nuit, le vert ne s'allume jamais. «J'en ai parlé au syndic. Pour moi, ce n'est pas évident: je dois passer par là pour aller travailler, et la police fait souvent des contrôles. Je risque de me faire arrêter...»

Le feu défaillant se trouve à la fin de la route de Bogis-Bossey, à l'intersection avec celle de Divonne. «Vendredi à 1 h 30, j'ai décidé de chronométrer, raconte Ernesto. Au bout de six minutes cinquante, c'était toujours rouge. Et les feux de la route qui croise passaient, eux, du rouge au vert.»

La commune impuissante

La commune n'y peut rien. C'est Vaud qui est responsable des signalisations provisoires liées au chantier de la voie centrale, réservée aux bus, qui durera jusqu'au printemps. «La journée, c'est une minuterie. La nuit, il y a déjà eu des couacs, et nous sommes intervenus plusieurs fois auprès du Canton, dit le Municipal Marc Bonnet. En principe, il fait le nécessaire.» Selon le syndic Pierre Stampfli, les feux définitifs régleront le problème.

Caméra de détection infrarouge

L'ingénieur chef de chantier à la direction générale de la mobilité et des routes, Hugues Tanoh, indiquait lundi envoyer de suite une entreprise sur place. «Ce feu est relié à une caméra de détection infrarouge placée sur un mât dans le champ en face. Juste avant les congés, il y a eu des déprédations. Après les travaux, ce matériel sera placé plus haut et mieux protégé. Il sera aussi doublé d'une boucle au sol détectant le métal des voitures. Ceci dit, le riverain a raison de protester. Le dispositif doit théoriquement être vérifié tous les deux jours. Ce genre de choses, cela arrive toujours en période de congé.»

La panne n'annule pas l'infraction

Un feu toujours rouge n'en reste pas moins... rouge. Autrement dit, le griller demeure une infraction, indique Silvain Guillaume-Gentil, porte-parole de la police genevoise. Mais bien sûr "l'automobiliste est libre de contester l'amende, et c'est alors au tribunal de se prononcer". Bref, si rien n'empêche un agent de sévir, la victime d'une signalisation défectueuse possède de bonnes chances d'obtenir l'absolution devant la justice.

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!