«Nouveau souffle»: Un film à la limite de l'asphyxie
Actualisé

«Nouveau souffle»Un film à la limite de l'asphyxie

Le premier long métrage réalisé par l'acteur autrichien Karl Markovics est une fiction prometteuse.

par
Catherine Magnin

Roman, 18 ans, est un cas désespéré. Sans famille, sans motivation, il semble incapable de s'intégrer à quelque groupe social que ce soit. En prison, où il est en train de purger sa peine, il fait bande à part jusque dans la piscine. Dans son travail de réinsertion, à la morgue de Vienne, il parle à peine. Un jour, il doit s'occuper du cadavre d'une femme qui porte le même nom de famille que lui. Alors il part à la recherche de sa mère, qui l'a abandonné, et de son passé. Et donc de son avenir.

En vue dans les festivals

Présenté à la Quinzaine des réalisateurs à Cannes, Oeil d'Or du meilleur film germanophone au Zurich Film Festival 2011, «Nouveau Souffle» fait partie de ces œuvres à la respiration placide qui bercent le spectateur sans faire de vagues. Personne n'y est vraiment gentil ou méchant. La froideur des premiers contacts passée, l'atmosphère se réchauffe gentiment et la rudesse des révélations ne tourne jamais à la violence.

Faux flottement

Pour peu, on dirait un film tiède. Sauf qu'il faut une sacrée rigueur de mise en scène, une attention de tous les plans, pour tenir un tel équilibre et ne pas sombrer dans le pathos ou le cliché. Au final, le spectateur pourrait bien se surprendre à retenir son souffle tout au long du film!

«Nouveau souffle»

De Karl Markovics. Avec Thomas Schubert, Karin Lischka.

Sortie le 29 août 2012.

***

Ton opinion