Brésil: Un fils de Bolsonaro condamné à indemniser une journaliste
Publié

BrésilUn fils de Bolsonaro condamné à indemniser une journaliste

Le député Eduardo Bolsonaro avait affirmé que Patricia Campos Mello avait «tenté de séduire» une source pour obtenir des informations compromettantes contre son père.

Le député Eduardo Bolsonaro, fils du président d’extrême droite Jair Bolsonaro, a été condamné à verser 30’000 réais (5000 francs) à la journaliste Patricia Campos Mello. (Photo EVARISTO SA / AFP)

Le député Eduardo Bolsonaro, fils du président d’extrême droite Jair Bolsonaro, a été condamné à verser 30’000 réais (5000 francs) à la journaliste Patricia Campos Mello. (Photo EVARISTO SA / AFP)

AFP

La justice brésilienne a condamné jeudi le député Eduardo Bolsonaro, fils du président d’extrême droite Jair Bolsonaro, à indemniser une journaliste pour préjudice moral après avoir affirmé qu’elle avait «tenté de séduire» une source pour obtenir des informations compromettantes contre son père.

Selon le jugement en première instance, le député de 36 ans «a attenté à l’honneur» de la journaliste Patricia Campos Mello, «mettant en doute le sérieux de son travail journalistique et de son employeur», le très respecté quotidien Folha de Sao Paulo.

Le montant de l’indemnisation a été fixé à 30’000 réais (5000 francs).

Eduardo Bolsonaro avait affirmé en mai 2020 sur YouTube que la journaliste avait tenté de séduire un employé d’une société de marketing numérique pour obtenir des informations. Il avait également affirmé que la journaliste, récompensée par plusieurs prix, avait été promue pour avoir publié de fausses informations. Il avait réitéré ses déclarations sur le réseau social Twitter.

Le député visait notamment une enquête du quotidien, à laquelle avait participé Patricia Campos Mello, sur une organisation qui a diffusé de fausses nouvelles via la messagerie Whatsapp contre le Parti des travailleurs (PT, gauche) pendant la campagne présidentielle de 2018, finalement emportée par Jair Bolsonaro.

Le juge a estimé qu’Eduardo Bolsonaro, «occupant une position si importante sur la scène nationale (…) et étant le fils de l’actuel président de la République (…) devait être plus prudent dans ses déclarations».

«C’est un grand jour», a réagi Patricia Campos Mello après l’annonce de la condamnation qui peut encore faire l’objet d’un appel.

Jair Bolsonaro lui-même avait lancé en février 2020 des attaques contre la journaliste en insinuant qu’elle avait tenté d’obtenir un scoop contre lui en échange de relations sexuelles avec sa source.

(AFP)

Ton opinion