Actualisé 01.05.2011 à 15:31

Polémique à GenèveUn flyer de l'Usine provoque l'ire de la Ville

Un texte dans le programme du lieu alternatif stigmatise clairement les élus MCG et UDC. Son auteur ne condamne pas non plus les dealers.

de
Didier Tischler
A Genève, le flyer de l'Usine qui fait polémique.

A Genève, le flyer de l'Usine qui fait polémique.

«Qu'un organisme subventionné s'en prenne à des élus du peuple genevois en les traitant de nazis est inadmissible!» Pour Olivier Fiumelli, conseiller municipal PLR en Ville, l'auteur de la diatribe devra s'expliquer.

En cause: un texte paru dans le programme du mois d'avril de l'Usine. Intitulé «Alerte!», ce brûlot dénonce «une milice d'extrême droite patrouillant dans le quartier» se référant à la présence de militants UDC qui traquent des dealers qui ne font «qu'obéir à la loi du marché». Le flyer va jusqu'à tirer des parallèles avec Mussolini.

«Provocation bon marché»

«C'est de la provocation à bon marché, infantile et archaïque, vitupère Eric Bertinat. Nous rediscuterons de cela lors du budget.» L'élu UDC rappelle que l'Usine ne doit son existence qu'à une volonté politique.

Le Vert Alexandre Wisard ne trouve pas les responsables très malins et leur conseille de se calmer. «Il faut qu'ils réfléchissent au changement de majorité intervenu au Conseil municipal», ironise-t-il. «Ce texte est scandaleux, tempête le MCG Pascal Spuhler. La promotion du deal est effrayante. Ce pamphlet devrait être immédiatement retiré».

«Bonnes questions de fond»

Pour Maria Casares, d'Ensemble à gauche, ce texte «non signé et peu courageux» pose «des questions essentielles sur le fond. Mais sur la forme, il mélange les genres, ce qui le rend vague et abstrait».

Les responsables se justifient

«Ce texte est une réaction aux patrouilles de milice de l’UDC qui se sont déployées dans le quartier durant la période électorale, explique Albane Schlechten, permanente de l’Usine. Il a été rédigé fin mars, avant l’incident Haas». Le nouvel élu MCG avait été «invité» à quitter le lieu où il était allé boire un verre. Dans la foulée, l’Usine avait déclaré interdire l’entrée aux membres de ce parti. Le texte complet du brûlot figurant dans le programme du lieu alternatif est disponible sur notre site.

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!