Médiator: Un fonds pour indemniser les victimes
Actualisé

MédiatorUn fonds pour indemniser les victimes

Un fonds Médiator va être créé en France, avec pour objectif d'indemniser toutes les victimes de ce médicament.

L'Association des victimes de l'isoméride et du Mediator (AVIM) a salué jeudi la création par l'Etat français d'un fonds d'indemnisation mais a déploré l'échec des négociations avec les laboratoires Servier. Le groupe pharmaceutique se dit «déçu» par la proposition du ministre de la Santé Xavier Bertrand.

L'Etat va créer lui-même un fonds d'indemnisation des victimes pour pallier un éventuel refus des laboratoires Servier mais il entend bien se retourner contre ce dernier pour se faire rembourser, a annoncé mercredi le ministère de la Santé.

Servier, deuxième laboratoire pharmaceutique français, a jusqu'à présent refusé d'assumer seul l'indemnisation inconditionnelle des victimes du Mediator, un médicament qui aurait tué, selon deux études, entre 500 et 2000 personnes.

«Je suis pleinement satisfait et en même temps triste», a déclaré jeudi à Reuters le docteur Dominique-Michel Courtois, président de l'AVIM.

Rapport récemment

«Pleinement satisfait parce que c'est une bonne nouvelle pour les victimes qui vont pouvoir être indemnisées. Je suis triste que les négociations avec le laboratoire Servier aient échoué car ç'aurait été la première fois qu'un laboratoire pharmaceutique aurait proposé la prise en charge de l'indemnisation des victimes», a-t-il ajouté.

L'AVIM, qui a déjà déposé 616 plaintes pour homicides et blessures involontaires au nom de victimes du Mediator, avait demandé depuis le début que Servier prenne en charge l'indemnisation des victimes.

Servier a annoncé la création d'un fonds doté initialement de 20 millions d'euros et ouvert à tous les patients ayant pris du Mediator à condition qu'ils renoncent à toute poursuite judiciaire contre le laboratoire. Cette proposition a provoqué un tollé tant du côté des victimes que de l'Assurance maladie.

Selon un rapport remis à la mi-janvier par l'Inspection des Affaires sociales (IGAS), Servier a commercialisé pendant plus de trente ans le Mediator en France comme un antidiabétique alors que le médicament est un puissant coupe-faim dont il connaissait la dangerosité.

Suggestion lancée

Selon les estimations, cinq millions de Français ont pris du Mediator entre 1976 et 2009, date de son retrait du marché.

«Nous sommes déçus par la proposition de Xavier Bertrand», a déclaré de son côté jeudi la directrice des affaires extérieures du laboratoire, Lucy Vincent.

«Nous avions fait une proposition qui avait l'avantage de prendre en charge tous les patients», a fait valoir Mme Vincent. Servier avait proposé «de combler les lacunes de la loi Kouchner», notamment en indemnisant les victimes du Mediator ayant une incapacité de 5 à 24 %, a-t-elle rappelé.

Critique

«D'après les premières données que nous avons, cela concerne la vaste majorité des patients», a assuré Mme Vincent.

Elle a également fait valoir que Servier proposait de «co- choisir» avec les associations les experts et que le laboratoire aurait confié sa gestion à une autre société.

Elle a évoqué également des «mauvaises compréhensions» ou des «fantasmes». (ats)

Ton opinion