France: Un frère de Chérif Chekatt condamné à 1 an de prison
Actualisé

FranceUn frère de Chérif Chekatt condamné à 1 an de prison

Le frère aîné de l'auteur de l'attentat de Strasbourg Chérif Chekatt a été condamné lundi par le tribunal correctionnel de la ville à douze mois de prison, dont six mois avec sursis.

Les policiers ont débarqué chez Malek Chekatt après qu'il a proféré des menaces de morts visibles par tous sur son compte Facebook.

Les policiers ont débarqué chez Malek Chekatt après qu'il a proféré des menaces de morts visibles par tous sur son compte Facebook.

AFP

Le grand frère de l'assaillant de Strasbourg a été jugé pour avoir proféré des menaces de mort sur Facebook. Cette peine, inférieure aux réquisitions du parquet qui avait demandé un an d'emprisonnement ferme, est assortie d'une mise à l'épreuve de deux ans avec une obligation de travail et de soins. Le tribunal n'a pas ordonné son maintien en détention, ouvrant la voie à un aménagement de peine.

L'homme de 38 ans, sans emploi depuis l'attentat de Strasbourg, avait été interpellé vendredi puis placé en détention provisoire dimanche après avoir posté vendredi sur son compte Facebook, lisible par tous, plusieurs messages jugés «menaçants» par les autorités, accompagnés d'une photo d'armes, qui se sont révélées factices.

Le juge accorde sa confiance

«Vous aviez conscience que vous vouliez provoquer un émoi, une peur, même si à l'évidence vous avez eu un repentir», a considéré le président du tribunal, Philippe Schneider, rappelant que le frère de Chérif Chekatt avait attendu les policiers, leur avait donné les armes factices photographiées et montré où son téléphone était caché. Le juge lui a demandé de prouver que la confiance que lui a accordée le tribunal en ne le mettant pas en prison n'était «pas vaine».

Présenté par son avocat commis d'office comme «un père en souffrance» venant de perdre le droit de garde de son fils, l'homme de 38 ans «voulait faire parler de lui, voulait attirer l'attention sur ses problèmes», a estimé le procureur pendant ce procès en comparution immédiate. (nxp/ats)

(NewsXpress)

Ton opinion