Actualisé 16.10.2012 à 04:33

Zurich

Un gadget sur le rétro peut coûter cher

Un automobiliste qui arborait le fanion d'une équipe de football a été verbalisé. Le petit bout de tissu réduit la visibilité, estime la justice.

de
Olivia Fuchs
L'emblème des Grasshoppers mesure 10 centimètres.

L'emblème des Grasshoppers mesure 10 centimètres.

Gare à ceux qui aiment suspendre au miroir de leur véhicule l'emblème de leur club préféré ou ces petits sapins odorants. Patrick Lüthi s'est fait arrêter il y a quelques mois lors d'un contrôle de routine à la hauteur d'Adliswil (ZH).

«Ça va vous causer des ennuis», lui a signalé l'agent en montrant du doigt un fanion des Grasshoppers accroché au rétroviseur de son auto. «Pourquoi? Vous êtes fan du FC Zurich?», lui a-t-il répondu sur un ton amusé. Mais le policier lui a expliqué que le petit drapeau d'environ 10 cm pourrait l'empêcher de voir passer un piéton, relate «Blick».

Un mois après, Patrick Lüthi a reçu une lettre du Tribunal de district lui demandant de s'acquitter d'une somme de 254,50 fr. Soit 100 fr. d'amende, 150 fr. pour les frais de dossiers et 4 fr. 50 pour les photos prises sur place. Le motif avancé: «Le fanion, accroché derrière le pare-brise, gène la visibilité.»

Recours

«Bien que la visibilité du conducteur soit un élément déterminant pour la sécurité, le fait de dénoncer un automobiliste pour la présence d'un fanion est une interprétation particulièrement stricte de la loi», estime le porte-parole du TCS, Moreno Volpi.

«Le but de la police n'est pas de verbaliser pour verbaliser, mais de prévenir. On intervient généralement lorsqu'on constate un comportement inadéquat», ajoute de son côté la porte-parole de la police vaudoise Olivia Cutruzollà.

En attendant, Patrick Lüthi refuse de payer l'amende: «J'ai fait recours!»

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!