Actualisé

genèveUn gang chinois fait la loi parmi les siens

Le principal témoin dans une affaire de racket chinois ne s'est jamais présenté devant la Cour. Il a disparu.

par
Shahïn Ammane

Un règlement de comptes au couteau entre quatre Chinois et un décès évité de justesse. Tel est le drame qui s'est joué, en septembre dernier, sur le trottoir de la rue de Lausanne pour une poignée de sous. Quelque 3000 fr. que devait verser un clandestin chinois, employé au noir en tant que cuisinier, à un concitoyen. La somme devait mettre un terme aux menaces et aux violences subies depuis plus d'un an. Le racketteur a été condamné il y a peu. Il purge actuellement sa peine.

Mais lors du procès, un témoin crucial était aux abonnés absents: un «sage» de la communauté, qui avait tenté de jouer l'intermédiaire entre les protagonistes. Où est passé ce témoin clé? «Personne ne le sait, affirme une source proche du dossier. Il a quitté la ville, voire le pays, par peur des représailles.» Pourtant, si le caïd est derrière les barreaux, ses amis sont toujours en liberté. «Ils sèment la terreur parmi la communauté des Chinois sans papiers», précise encore notre informateur.

«La population de l'Empire du Milieu établie à Genève est discrète, relève le porte-parole de le police, Eric Grandjean. Nous n'entendons que rarement parler d'elle. Les conflits entre Chinois sont réglés à l'interne, en silence. Même leurs morts ne laissent généralement aucune trace...»

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!