Actualisé 16.05.2008 à 10:57

Un garçon de 13 ans accusé d'abus sexuels

Une nouvelle affaire d'abus sexuels entre mineurs a éclaté dans le canton de Fribourg.

Un garçon de 13 ans et demi, domicilié à Cressier (FR), est soupçonné de s'être livré à des attouchements sur des enfants plus jeunes que lui.

A peine connue une affaire similaire mettant en cause à Fribourg un garçon de 12 ans, la Chambre pénale des mineurs a dévoilé vendredi devant la presse un nouveau cas n'ayant rien en commun avec le premier si ce n'est la nature des faits et la jeunesse des protagonistes.

L'adolescent a partiellement admis les faits, a indiqué Rita Menoud chef adjointe de la brigade des moeurs et maltraitances. Il est soupçonné d'attouchements, voyeurismes, menaces et contraintes.

Ses huit victimes sont âgées de 6 à 11 ans. Il s'agit de 7 garçons et une fillette. En l'état actuel de l'enquête, il semble que les faits se soient étalés sur deux ans.

Manque de place

L'adolescent sera placé dans une structure éducative dès le 26 mai, faute de place disponible avant. Pour le moment, en accord avec les autorités scolaires, il continue à fréquenter le Cycle d'orientation de sa région.

Son entourage est sensibilisé à la question et il ne devrait pas récidiver, a assuré la juge en charge du dossier Nicole Schmutz. C'est pourtant ce qu'a fait ce jeune alors que l'enquête avait déjà commencé. «Il a alors été sérieusement tancé». S'il devait y avoir à nouveau un problème, la juge prendrait des mesures de contrainte à son égard.

Sous contrôle médical

La précédente affaire révélée en début de semaine concerne un garçon de 12 ans domicilié à Fribourg. Ce dernier, qui a également partiellement reconnu les faits, est soupçonné de s'être livré à des attouchements sur cinq enfants âgés de 6 à 12 ans, dont quatre garçons et une fillette.

Ce jeune est actuellement, selon les termes de la juge Schmutz, «sous la compétence du monde médical». Il a été sorti de l'école et de son quartier. Les faits se sont produits pendant 12 à 18 mois. Dans ce cas, les enfants fréquentaient la même école au centre- ville de Fribourg.

Dans les deux cas, les faits se sont produits en dehors du cadre scolaire. Mais les auteurs présumés et leurs victimes se connaissaient. Les enquêtes se poursuivent. Les autorités judiciaires fribourgeoises ont averti qu'elles ne communiqueraient désormais plus d'informations sur ces affaires avant leur résolution. (ats)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!