16.10.2020 à 14:42

Polémique en FranceUn garde du corps de Macron invite une femme à l'hôtel

Pendant qu'Emmanuel et Brigitte Macron prenaient du bon temps au Fort de Brégançon, cet été, son garde du corps avait un rendez-vous galant à l'hôtel d'en face.

de
mm/20 minutes
Le fort de Brégançon est le lieu de villégiature estivale du chef de l'État.

Le fort de Brégançon est le lieu de villégiature estivale du chef de l'État.

AFP/Boris Horvat

Après l'affaire Alexandre Benalla, qui avait été accusé d'avoir molesté deux manifestants en 2018, l'histoire qui s'est déroulée en août dernier pourrait également faire du bruit. Un autre membre de la garde rapprochée du président, un policier du GSPR (Groupe de sécurité de la présidence de la République) a eu un comportement imprudent lors de son service, une attitude «jugée incompatible avec l’habilitation secret-défense» selon le colonel Benoît Ferrand, le directeur du GSPR. Ce groupe comprenant plus de 70 agents se doit d’assurer la protection personnelle et immédiate du président français et sa famille. Alexandre Benalla en faisait d'ailleurs également partie.

Un membre de cette équipe de sécurité d'Emmanuel Macron aurait «invité dans sa chambre d’hôtel de Bormes-les-Mimosas (en face du fort de Brégançon, lieu de villégiature estivale du chef de l'État), où les recrues du GSPR étaient logées, une femme rencontrée un soir dans un bar situé en face», relate Le Point dans ses colonnes jeudi. Une faute qui éveille des doutes quant à la sécurité rapprochée du chef de l'État.

L'homme a, par la suite, été dénoncé auprès du colonel par un employé de l'hôtel. Benoît Ferrand a averti le président et lui a soumis «sa volonté de déplacer le garde du corps». Mais «deux mois après les faits», le policier fait «toujours partie de la garde rapprochée du couple présidentiel», relève l'hebdomadaire. Aucune sanction n'a par ailleurs été infligée au fautif.

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!