Football: Un gardien passe de héros à zéro
Publié

FootballUn gardien passe de héros à zéro

Le portier du Vinaros CF a signé une égalisation superbe dans les arrêts de jeu. Mais Carlos Aguayo Torres n’aurait pas dû fêter son but aussi longtemps…

par
Nicolas Jacquier
En quelques secondes, le gardien de Vinaros a tout vécu, de la joie au moment d’être félicité par ses coéquipiers, au dépit et à la plus grande solitude. 

Chaque début de semaine, on se demande d’où surgira la scène la plus folle des différents championnats européens, qui sera à l’origine des images les plus délirantes. Si la palme revient souvent à des joueurs professionnels, elle peut aussi récompenser de parfaits amateurs, ce qui semble être le cas cette fois-ci.

Dans la province de Castellòn, les amateurs de Vinaros CF, et plus particulièrement leur gardien, ont en tout cas placé la barre très haut en ce tout début de novembre. Mais que s’est-il donc passé sur la pelouse d’El Cervol, dans ce «derby» contre Peniscola comptant pour le championnat de 1re ligue régionale (groupe 1)?

Alors que l’équipe locale était encore menée 1-0 dans les arrêts de jeu, son portier est monté afin de venir prêter main-forte à ses coéquipiers. Idée gagnante puisque Carlos Aguayo Torres réussissait à égaliser à la 95e d’une frappe imparable décochée des 20 mètres.

Un but tombé du ciel et célébré comme il se doit, le héros n’en finissant pas d’afficher son très grand bonheur. Une manifestation de joie qui, à force de se prolonger, allait quelque peu déconcentrer le buteur, celui-ci, encore sous le coup de l’euphorie, tardant à regagner prestement sa cage.

Un but du milieu du terrain

Résultat? Sur l’engagement des visiteurs, et alors qu’il ne restait qu’une poignée de secondes à jouer, Marcos Bernat, milieu de terrain de Peniscola, a osé - et à son tour réussi - un geste de grande classe, sous la forme d’un tir du rond central lobant l’infortuné gardien volant (1-2).

L’inutile buteur est ainsi passé de héros à zéro en moins de temps qu’il n’en faut pour l’écrire. On appelle ça un ascenseur émotionnel. Ou si vous préférez les montagnes espagnoles.

Ton opinion

2 commentaires