Actualisé 10.08.2007 à 20:15

Un géant de la mafia colombienne trahi par son empreinte vocale

SAO PAULO - Un important trafiquant de drogue colombien arrêté en début de semaine au Brésil, Juan Carlos Ramirez Abadia, a été trahi par son empreinte vocale.

La police brésilienne enquêtait sur une affaire de blanchiment d'argent qu'Abadia, arrivé clandestinement au Brésil il y a quatre ans, était soupçonnée de diriger. Mais le trafiquant, chef du plus gros cartel colombien de la cocaïne, avait subi une intervention de chirurgie esthétique et les enquêteurs peinaient à l'identifier avec certitude.

Le trafiquant avait toutefois été placé sous écoutes. L'enregistrement d'un des appels téléphoniques a été comparé aux Etats-Unis avec d'autres enregistrements d'Abadia. Des techniques avancées de reconnaissance vocale ont permis de l'identifier de façon certaine, a expliqué vendredi à l'Associated Press l'avocat du suspect, Sergio Alambert.

Cela a conduit à l'arrestation mardi du trafiquant dans une luxueuse villa de la banlieue de Sao Paulo et la saisie de près d'un million de dollars (720.000 euros) en espèces. Les enquêteurs ont trouvé une somme équivalente enterré dans le jardin d'une autre maison près de Sao Paulo, a précisé l'avocat. Selon lui, Abadia, 44 ans, «faisait des affaires légales» au Brésil, «mais en utilisant de l'argent provenant du trafic» de drogue.

AP

ll/v0591 (ap)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!