Actualisé 28.06.2020 à 13:06

Arctique russe

Un géant minier accusé de rejeter ses eaux usées dans la nature

Une usine d'enrichissement de minerai affirme que ses réservoirs ont débordé. Un journal de l’opposition prétend que le rejet était volontaire.

Le géant minier russe Nornickel a rapporté dimanche un rejet d'eaux usées dans l'une de ses usines d'enrichissement de minerai dans l'Arctique, un mois après une pollution sans précédent aux hydrocarbures dans la même région.

Selon un communiqué publié sur le site de Nornickel, l'incident concerne l'usine d'enrichissement de Talnakh, située près de la ville arctique de Norilsk. Les eaux usées, utilisées pour le traitement des minerais extraits de la région, ont «débordé d'un réservoir» dimanche et se sont déversées dans la nature, selon la compagnie. Ce rejet a ensuite été «stoppé» par le personnel de l'usine et il ne représente «aucune menace de fuite de déchets», selon Nornickel.

Les services du ministère russe des Situations d'urgence sur place, cités par l'agence publique Ria Novosti, ont toutefois évoqué un risque de contamination de la rivière Kharaïelakh avoisinante par des substances toxiques. Le Comité d'enquête russe a confirmé dans un communiqué un «rejet non autorisé de déchets liquides dans la zone de toundra» près de Talnakh et annoncé l'ouverture d'une enquête.

Un rejet illégal à dessein?

Le journal d'opposition Novaïa Gazeta a pour sa part affirmé que l'usine rejetait illégalement à dessein les eaux usées dans la nature et publié des images de la zone. Selon ses correspondants locaux, les employés de Nornickel ont démonté les tuyaux de rejet à la hâte lors de l'arrivée sur place des enquêteurs et services d'urgence. Une porte-parole de Nornickel, Tatiana Egorova, a confirmé à l'AFP que les employés de l'usine avaient pris la décision de «rejeter de l'eau purifiée du réservoir» et qu'une enquête interne était en cours.

Selon l'agence russe de contrôle environnemental Rosprirodnadzor, le personnel de l'usine a pris cette décision suite à «de fortes précipitations», qui ont provoqué une «forte augmentation du niveau d'eau dans le bassin de décantation». Pour «éviter d'éventuelles situations d'urgence», les employés ont décidé de «rejeter de l'eau industrielle purifiée vers la zone adjacente», dans la nature.

Il s'agit du deuxième incident de ce type en un mois dans la région: le 29 mai, 21’000 tonnes de carburant que contenait le réservoir d'une centrale thermique appartenant à Nornickel se sont déversées dans la rivière Ambarnaïa et les terrains proches, teintant les cours d'eau en pourpre.

Le président Vladimir Poutine avait alors décrété l'état d'urgence dans cette région de l'Arctique russe riche en minerais et en charbon. Les autorités ont indiqué le 17 juin avoir terminé le nettoyage en surface de cette pollution, bien que le nettoyage complet risque de prendre «des années».

Nornickel estime que cet accident a probablement été provoqué par le dégel du pergélisol -- ou permafrost --, conséquence du changement climatique, qui aurait entraîné l'effondrement des piliers soutenant la citerne.

(AFP)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!
25 commentaires
L'espace commentaires a été desactivé

petite fuite en avant

28.06.2020 à 16:57

Qui va colmater la brèche? "Norilsk: Russia's most polluted city", la température descend à -54C et les ouvriers chez Nornickel travaillent par étape de 30 minutes à +60C pour un salaire de 2500 fr., mais les prix sont tellement élevés qu'une seule patate peut coûter plus de 5 francs. J'ai contacté un ouvrier de Norilsk, mais son opérateur était bourré de virus.

AdrienP

28.06.2020 à 16:38

il faudrait démantelé ces entreprises qui détruisent sans scrupules l'environnement. des mesures extrême pour des entreprises extrême.

Pluto

28.06.2020 à 15:06

Homo homini porcus est