Actualisé

EgypteUn général de police tué par balles au Caire

Un général de la police, conseiller du ministre de l'Intérieur, a été tué mardi au Caire par des inconnus qui ont ouvert le feu sur lui devant son domicile, ont annoncé les services de sécurité.

Cet assassinat survient au lendemain de l'appel de la toute puissante armée à son chef, le maréchal Abdel Fattah al-Sissi, à se présenter à la présidentielle, sept mois après qu'il eut destitué le président islamiste élu Mohamed Morsi. Et en pleine répression sanglante de toute manifestation des partisans de ce dernier par la police et l'armée. Le général Mohamed Saïd est mort à l'hôpital de blessures à la tête et à la poitrine. Des assaillants à moto avaient tiré sur lui au moment où il sortait de son domicile dans l'ouest du Caire, ont indiqué à l'AFP des responsables des services de sécurité qui ont requis l'anonymat.

Le général Saïd dirigeait le bureau technique du ministère de l'Intérieur directement rattaché à la personne du ministre, Mohamed Ibrahim, qui avait lui-même échappé le 5 septembre à un attentat au Caire revendiqué par le groupe jihadiste Ansar Beït al-Maqdess. Ces insurgés, basés dans la péninsule du Sinaï d'où ils tirent fréquemment des roquettes sur Israël, assurent viser les forces de sécurité depuis la destitution du président Morsi le 3 juillet en représailles à la répression très sanglante des manifestations de ses partisans par la police et l'armée. Au moins 1.400 personnes ont ainsi été tuées en sept mois, des manifestants pro-Morsi pour l'immense majorité.

Vendredi et samedi, six attentats visant la police, dont cinq au Caire, ont tué six personnes. Les plus meurtriers ont été revendiqués par Ansar Beït al-Maqdess, un groupe qui dit s'inspirer d'Al-Qaïda. (ats)

Un policier tué et deux blessés

Un policier en faction devant une église du Caire a été tué mardi par balles et deux autres blessés, ont annoncé des responsables de la sécurité. Cette attaque est survenue quelques heures après l'assassinat d'un général de la police en pleine vague d'attentats visant les forces de l'ordre. Trois inconnus à bord d'une voiture ont ouvert le feu à l'arme automatique sur les agents chargés de protéger l'église, l'un a été arrêté et les deux autres ont pris la fuite à pied, a précisé l'une de ces sources.

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!