Litige: Un Genevois réclame des millions à Ferrari
Actualisé

LitigeUn Genevois réclame des millions à Ferrari

La marque italienne a récupéré la page Facebook à succès qu'un fan lui avait dédiée. Un bras de fer juridique oppose les deux parties.

par
Thomas Piffaretti

En 2008, Sammy n'avait d'yeux que pour le cheval cabré de Maranello. Ce Genevois d'alors 15 ans avait donc décidé de vivre sa passion sur les réseaux sociaux en créant deux pages Facebook consacrées à Ferrari. En moins d'une année, son compte principal a attiré plus de 500'000 fans.

Désireux d'investir ce nouveau marché, le constructeur automobile a alors contacté Sammy pour faire de son site la page officielle de la marque rouge. S'est ensuivie une collaboration de plus de deux ans pendant laquelle le jeune homme et son père ont continué de gérer et d'alimenter le compte. Si Ferrari en est devenue l'administrateur, les Genevois «n'ont jamais formellement cédé leurs droits à l'entreprise italienne», précise leur défenseur, Me Gerald Page. Ses clients ont demandé à être rémunérés, mais Ferrari a joué la montre et engrangé les millions en développant son magasin en ligne via Facebook, explique l'avocat. En 2013, se sentant dépossédé de sa création, Sammy est passé à l'offensive. Une demande civile en dédommagement a été déposée devant la justice. «Le montant sera défini en fonction des résultats financiers du magasin en ligne de Ferrari. Mais le dédommagement ne peut être inférieur à 10 millions de francs», souffle Me Page.

Depuis, les plaintes pénales se sont multipliées de part et d'autre. Ferrari estime notamment que le jeune a essayé de se faire de l'argent sur son dos, a expliqué un porte-parole de la marque à bloomberg.com, qui a révélé l'affaire. Vendredi, la direction de la marque était injoignable.

Ton opinion