Spam sur Internet: Un Genevois sur liste noire
Actualisé

Spam sur InternetUn Genevois sur liste noire

Oswald B. est le seul Suisse à figurer sur la liste noire des revendeurs illégaux d'adresses de courriels.

par
Joël Burri
Oswald B. fait partie de ces gens qui vous pourrissent la vie en faisant exploser votre boîte de réception.

Oswald B. fait partie de ces gens qui vous pourrissent la vie en faisant exploser votre boîte de réception.

Vous voulez du Viagra et un pénis plus long? Si de telles offres envahissent vos boîtes e-mail, cela n'a rien du hasard. Les adresses électroniques font l'objet d'un important marché. Un commerce dans lequel s'est engouffré Oswald B., âgé de 28 ans aujourd'hui.

Matu en poche, cet informaticien genevois a créé son «agence de marketing». Il s'est vite enrichi en vendant à des entreprises des listes d'adresses en leur promettant qu'il s'agissait de contacts légalement obtenus de personnes intéressées à recevoir des promotions, selon le Tages-Anzeiger. C'est cela qui lui vaut d'être fiché sur la liste noire de Spamhaus, une association qui lutte contre les pourriels. Il a disparu de Genève en 2007, année de l'entrée en vigueur en S­uisse d'une loi punissant le spam.

Fondateur de Fastnet, société vaudoise créatrice du filtre anti-spam Mailcleaner, Olivier Bourgeois explique: «En Suisse, nous avons généralement affaire à des spammeurs par méconnaissance. Des patrons de PME pensent avoir le droit de copier depuis l'annuaire des adresses e-mail pour faire de la publicité pour leur entreprise.» Un délit bénin face aux masses de mails non sollicités circulant sur le réseau. Leur proportion est de 90 à 98%. Heureusement les filtres en stoppent entre 95 et 98%.

«Aujourd'hui le coût de ce filtrage est plus important que celui de l'hébergement du serveur de mail», conclut Olivier Bourgeois. Un comble.

Toute adresse finit par être touchée

Comment protéger son adresse e-mail des spammeurs? «Ne pas l’utiliser, ironise le spécialiste Olivier Bourgeois. Un jour où l’autre, toute adresse active se retrouve sur une liste de spammeurs. A partir de là, elle est très rapidement revendue et en quelques jours le nombres de spams reçus par son propriétaire explose.» Seule solution: utiliser des filtres, par exemple celui vendu par le Vaudois. Pessimiste, le spécialiste explique: «Même si vous refusez de saisir votre e-mail sur le moindre site web, l’un de vos contacts risque de se faire pirater et votre adresse sera transmise aux spammeurs.»

98% de pourriels

Les serveurs de l’Office fédéral de l’informatique et de la télécommunication traitent en moyenne 7,6 millions de mails par jour, mais ce chiffre monte parfois jusqu’à 15 millions. Parmi ceux-ci, seulement 2 à 3% sont de véritables communications, selon le «Tages-Anzeiger».

Ton opinion