Drame en Colombie: Un glissement de terrain ensevelit un quartier
Actualisé

Drame en ColombieUn glissement de terrain ensevelit un quartier

Près de 200 personnes pourraient avoir été ensevelies par un glissement de terrain dimanche, en Colombie, suite à des pluies diluviennes dans le nord-ouest du pays.

«Nous avons pu à ce stade récupérer les corps de deux adultes. Le gouverneur a donné l'ordre de poursuivre les recherches toute la nuit. Trois cent cinquante secouristes sont à pied d'oeuvre», a déclaré à l'AFP Jorge Humberto Salazar, le porte-parole du département d'Antioquia, dont la capitale est Medellin (400 km au nord-ouest de Bogota).

«Selon les estimations initiales, entre 150 et 200 personnes ont été ensevelies et sont portées disparues», avait déclaré plus tôt à l'AFP le sous-directeur opérationnel des secours pour la Croix-Rouge colombienne, Cesar Urueña, joint par téléphone.

Ce responsable a précisé que les secours tentaient de dégager les décombres à la recherche de survivants. Le glissement de terrain s'est produit vers 14h00 locales (20h00 en Suisse) dans un quartier du nord de Medellin, deuxième ville colombienne.

A la recherche des voisins

Le glissement de terrain a touché une dizaine d'immeubles de trois étages, a précisé le responsable, ajoutant que les secours estiment qu'entre 15 et 20 personnes étaient présentes dans chacun des immeubles à l'heure du drame.

Quelque 300 personnes s'étaient jointes dimanche soir aux secouristes à la recherche de leurs voisins, a constaté un photographe de l'AFP sur place.

Le glissement de terrain - lié à une fragilisation du sol entraînée par la seconde saison des pluies annuelle qui a démarré en septembre en Colombie - a également touché un parc fréquenté par des enfants, a précisé Jorge Humberto Salazar, en ajoutant que la population était «très inquiète pour les petits».

Medellin est une ville enclavée dans une vallée, comptant des dizaines de quartiers d'habitations précaires construites à flanc de montagne, particulièrement vulnérables au risque de glissement de terrain.

Le président renonce à Cancun

Le président colombien Juan Manuel Santos a annoncé qu'il n'assisterait pas à la Conférence internationale de Cancun (Mexique) sur le réchauffement climatique en raison de cette situation, après avoir déjà écourté sa participation à un sommet ibéroaméricain en Argentine, à Mar de Plata.

Après avoir annoncé que 28 des 32 départements colombiens étaient en état de catastrophe naturelle suite aux intempéries depuis le début d'année, le gouvernement n'écarte pas de décréter l'état d'exception pour faire face à la situation.

Juan Manuel Santos a précisé que les autorités cherchaient ainsi à disposer de «tous les instruments à leur portée pour affronter la tragédie qui malheureusement s'est agravée».

Violente saison des pluies

Les autorités craignaient depuis des semaines qu'une tragédie se produise. La Colombie vit une saison des pluies d'une intensité sans précédent en raison du phénomène climatique de La Nina, entraînant une diminution de la température de certains secteurs de l'océan Pacifique d'après l'institut national de météorologie (Ideam).

Selon le dernier bilan diffusé par le ministère de l'Intérieur, au moins 174 personnes ont été tuées par les inondations et glissements de terrain entraînés par les intempéries depuis le début de l'année, dont plus de soixante-dix en un mois. Le pays compte 1,5 million de sinistrés.

Le gouvernement colombien a lancé plusieurs appels à l'aide internationale depuis le début du mois de novembre, estimant qu'il lui manquait plus de 350 millions de dollars pour pouvoir porter assistance aux victimes.

(ats)

Ton opinion