Renvoi d'étrangers: Un goût de déjà-vu

Actualisé

Renvoi d'étrangersUn goût de déjà-vu

Une initiative électorale et un contre-projet test pour l'UDC.

La campagne de l'UDC donne une impression de déjà-vu. Les moutons noirs ont déjà envahi l'espace public il y a trois ans. Le contre-projet à l'initiative pour le renvoi des criminels étrangers a quant à lui valeur de test sur les réponses à fournir aux revendications de la droite dure.

La criminalité des étrangers sert depuis des années de fond de commerce à l'UDC. Son initiative a d'abord été utilisée comme moteur de la campagne pour les élections fédérales de 2007.

L'affiche aux moutons noirs, reprise par plusieurs partis d'extrême droite à l'étranger, a fait couler beaucoup d'encre. Mais elle fait mouche: l'UDC a réussi à récolter près de 211'000 signatures alors que 100'000 suffisaient.

Au-delà des symboles, le parti entendait aussi lutter contre un assouplissement du droit. L'expulsion judiciaire a été supprimée du code pénal fin 2006 avant de réapparaître dans la loi sur les étrangers en 2008.

Lorsqu'il transmet l'initiative au Parlement, le gouvernement l'a appelé à rejeter ce texte mais n'en a pas moins jugé nécessaire d'opérer un tour de vis au niveau de la loi. Le centre-droit estimait alors avoir trouvé le bon filon pour répondre à l'UDC.

Choc des minarets

Mais quelques mois plus tard, les autorités ont reçu une sérieuse gifle dans les urnes. L'initiative populaire contre la construction de minarets a été acceptée par 57,5% des votants le 29 novembre 2009. La crainte était forte que la situation se renouvelle avec l'initiative sur le renvoi.

Pour parer ce risque, démocrates-chrétiens et libéraux-radicaux ont alors misé sur l'idée d'un contre-projet direct. A leurs yeux, il ne suffit pas de promettre à la population que des mesures seront prises au niveau légal (contre-projet indirect), il faut leur soumettre une alternative.

Face au scepticisme de la gauche, l'affaire a toutefois failli tourner court au Parlement. Si la Conseil des Etats a adopté par 26 voix contre 5 et 10 abstentions sa recommandation de vote (non à l'initiative, oui au contre-projet), le National ne l'a fait que du bout des lèvres: 92 voix contre 82 et 19 abstentions. (ats)

Ton opinion