Suisse/Etats-Unis: Un graffeur bâlois attaque General Motors en justice

Publié

Suisse/Etats-UnisUn graffeur bâlois attaque General Motors en justice

En arrière-plan d'une publicité pour une Cadillac, on voit le graffiti d'un artiste bâlois. Celui-ci se bat désormais en justice pour recevoir un dédommagement de l'entreprise américaine.

par
sis/ofu
1 / 2
Twitter
Tripadvisor

C'est un peu David contre Goliath. Adrian Falkner, un graffeur bâlois, a porté plainte contre le constructeur automobile américain General Motores (GM) pour violation des droits d'auteur.

L'objet de la discorde est une oeuvre du Suisse de 39 ans, réalisée il y a quatre ans sur le mur d'un parking de Detroit. Et c'est précisément devant ce graffiti que GM a décidé d'organiser en 2016 un shooting photo pour sa nouvelle Cadillac XT5.

Plainte déposée en janvier

Les clichés ont ensuite été publiés sur Twitter, Facebook et Instagram accompagnés du slogan «Art of Drive» (L'art de conduire). Selon le «New York Times», personne n'a informé le Bâlois et personne n'a demandé une autorisation au trentenaire. Voilà pourquoi Adrian Falkner a décidé de porter plainte contre le géant américain. Elle a été déposée en janvier à Los Angeles, siège de la firme.

Selon «bz Basel», la première audience a eu lieu lundi. Le graffeur n'a pas déterminé un montant fixe qu'il souhaiterait récupérer. Mais il semblerait que GM ait vendu près de 13'000 Cadillac XT5 durant la campagne publicitaire, ce qui correspond à un chiffre d'affaires d'un demi-milliard de dollars.

Un précédent?

Selon le quotidien américain, GM tenterait de mettre au plus vite un terme à cette bataille juridique. Le constructeur automobile affirme n'avoir fait rien d'illégal en utilisant l'oeuvre du Bâlois. Selon la loi américaine, a argumenté la firme, les images de travaux architecturaux ne tombent pas sous la protection des droits d'auteur.

Le «New York Times» rappelle néanmoins qu'en cas de victoire de l'artiste bâlois cela pourrait créer un précédent. Selon le journal, la question de savoir si les graffitis sont protégés en termes de droit d'auteur reste à ce jour sans réponse.

Smash 137

Un cas similaire s'était déjà produit en 2014. Trois graffeurs avaient porté plainte contre le designer Roberto Cavalli pour avoir utilisé des motifs d'une de leurs oeuvres pour ses habits et ses chaussures. Jamais aucun verdict n'a été prononcé dans cette affaire puisque les partis avaient trouvé un accord à l'amiable.

Jeff Gluck, l'avocat de ces trois graffeurs, travaille désormais aussi pour Andrian Falkner. Né à Liestal, le Bâlois est connu dans la scène artistique sous le nom de Smash 137. Il a décroché son masters en Fine Arts à la Haute école d'arts visuels et d'arts appliqués de Bâle. Il a été engagé par l'entrepreneur américain Dan Gilbert pour le graf réalisé en 2014 à Detroit.

Ton opinion