Crans-Montana (VS): Un graffeur valaisan fait fureur aux États-Unis

Actualisé

Crans-Montana (VS)Un graffeur valaisan fait fureur aux États-Unis

Vedette du festival Vision Art qui prend fin mercredi, le graffeur Jasm.1 est devenu un grand nom du milieu art urbain, notamment à Los Angeles.

par
Julie Müller

La cinquième édition du Festival Vision Art de Crans-Montana touche à sa fin mercredi, après une semaine où des dizaines d'artistes graffeurs internationaux ont réalisé des fresques dans un milieu athypique: les Alpes valaisannes. Comme chaque année, son invité d'honneur, Jasm.1, de son vrai nom Issam Rezgui, a pris part aux 70 œuvres réalisées.

1 / 7
Le graffeur valaisan Jasm.1 devant son oeuvre au festival Vision Art.

Le graffeur valaisan Jasm.1 devant son oeuvre au festival Vision Art.

Vincent Edmond Louis et Jatniel Lopez
La fresque a été réalisé avec des bombes de peinture.

La fresque a été réalisé avec des bombes de peinture.

Vincent Edmond Louis et Jatniel Lopez
Jasm.1 entame le dernier carré à graffer.

Jasm.1 entame le dernier carré à graffer.

Vincent Edmond Louis et Jatniel Lopez

Ce graffeur valaisan, inconnu du grand public, est pourtant un poids lourd du milieu du tag urbain, notamment aux Etats-Unis. En mai dernier, Jasm.1 et un groupe d'une vingtaine d'artistes internationaux ont été appelés pour créer une oeuvre sur le quartier de South Central, à Los Angeles. Le but: repeindre à la bombe les murs des bâtiments de la périphérie afin de la rendre plus accueillante pour les jeunes qui la désertent.

Quand l'art dépasse les frontières

Une réalisation d'ampleur et à portée sociale qui a reçu les honneurs des journaux américains «New York Times» et «LA Weekly». Mais Jasm.1 doit avant tout sa réputation à ses débuts en Suisse. Fondateur en 2008 du premier réseau légal de graffiti d'Europe, le Collectif 21, en collaboration avec la Ville de Sion, il multiplie depuis les actions dans les villages. De l'embellissement de façades du canton aux halls des palaces, ses fresques se fondent dans tous les milieux.

Jusque dans les souterrains: l'an dernier, Kiev l'a mandaté pour une œuvre en sous-sol. L'artiste valaisan y a été chargé, avec sept autres graffeurs mondialement connus, de réaliser une fresque géante sur les kilomètres de tunnels de la station de métro Osokorky, l'une des plus grandes du monde.

Ton opinion