Actualisé 12.03.2007 à 21:26

Un grand bol d'Air inspiré par le Japon

ELECTRO-POP – Le duo affine ses partitions et s'impose comme une référence musicale dans le monde.

La qualité première des fondateurs du groupe Air, à savoir Nicolas Godin et Jean-Benoît Dunckel, tous deux âgés de 38 ans, c'est d'être parvenus rapidement à imposer un style, leur style. En quelques mots, ils mélangent des rythmes lancinants accompagnés d'accords langoureux portés par une voix mélancolique. Après avoir sorti, il y a trois ans, un album concept, «Baricco City Reading», mélangeant leur musique à des textes de l'écrivain italien Alessandro Baricco. Le duo s'attèle à la composition de certains titres et la production du premier album de Charlotte Gainsbourg. Sorti il y a six mois, «5:55» offre à Charlotte plus qu'un succès d'estime. Avec ce 5e album, le groupe Air n'en manque pas et s'ouvre vers de nouveaux horizons. Mis en son avec la complicité renouvelée de Nigel Godrich – Radiohead –, ces 14 titres sont plus affinés et plus travaillés qu'à l'accoutumée. C'est de manière subtile que l'on peut apprécier, dans une ambiance electro, un groupe d'instruments folk composé d'une guitare acoustique, d'un piano et d'une basse. On relèvera aussi la présence d'instruments japonais, comme le koto, ramené lors de leur précédente tournée. La présence sur deux titres de Jarvis Coker – Pulp – et de Neil Hannon – The Divine Comedy – sur «Somewhere Between...» ne fait qu'accentuer notre plaisir.

Olivier Delaloye

Air, «Pocket Symphony». Déjà disponible

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!