Actualisé 01.12.2017 à 18:14

Foot - Mondial 2018Un groupe Suisse, Brésil, Costa Rica et Serbie

Accéder à ce quart de finale qu'on lui réclame souvent sera tout sauf un parcours de santé pour l'équipe nationale.

L'équipe de Suisse aura le redoutable honneur de défier le Brésil à la Coupe du monde 2018. Placée dans le groupe E avec le Costa Rica et Serbie, la sélection de Vladimir Petkovic affrontera les quintuples champions du monde d'entrée de jeu, le 17 juin à Rostov. Le deuxième match aura lieu le 22 juin à Kaliningrad contre la Serbie et le troisième le 27 juin à Nijni Novgorod contre le Costa Rica.

En cas de qualification en 8es de finale, la Suisse croisera une équipe du groupe F, celui de... l'Allemagne, du Mexique, de la Suède et de la Corée du Sud, avec donc une forte probabilité de croiser la Mannschaft tenante du titre. Non, accéder à ce quart de finale qu'on lui réclame souvent sera tout sauf un parcours de santé pour l'équipe nationale.

Le match d'ouverture, le 14 juin à Moscou, opposera la Russie à l'Arabie Saoudite. Le pays organisateur a été plutôt verni avec une poule où figurent également l'Egypte et l'Uruguay. La France a elle aussi été épargnée dans un groupe C où elle fréquentera l'Australie, le Pérou et le Danemark. A noter le duel du groupe B entre l'Espagne et le Portugal (avec le Maroc et l'Iran).

Le groupe D est composé de l'Argentine, de l'Islande, de la Croatie et du Nigeria et promet une belle foire d'empoignes. Le Belgique, avec le Panama, la Tunisie et l'Angleterre dans la poule G, semble avoir une belle carte à jouer. Surtout que les Diables rouges affronteraient en 8es de finale une équipe du groupe H: Pologne, Sénégal, Colombie et Japon.

(nxp/ats)

Réactions

Denis Zakaria: «Le Brésil sera clairement le favori de ce groupe mais, derrière, c'est ouvert. La Suisse a une chance, c'est sûr. Cela fait plusieurs années que nous travaillons bien ensemble. Disputer la Coupe du monde est le rêve pour tous les joueurs et je me réjouis de découvrir la compétition et la Russie, un pays que je ne connais pas. C'est un groupe relevé mais tant mieux.»

Gelson Fernandes: «Jouer le premier match contre le Brésil, c'est un rêve de gosse. Objectivement, c'est un groupe très, très difficile. Le Costa Rica était en quart en 2014 et la Serbie possède de grandes individualités. Ce sera difficile mais nous n'aurons rien à perdre. Nous ferons tout pour relever ce défi.»

Oscar Ramirez (sélectionneur du Costa Rica): «Si le Brésil est le favori du groupe, il sera important pour nous de battre la Serbie lors du premier match, et avec un bon résultat contre la Suisse en clôture, nous pouvons nous qualifier.»

Luis Marin (entraîneur adjoint du Costa Rica): «Nous croisons le Brésil sur notre chemin, ça sera la troisième fois en Coupe du monde. Le Brésil est le grand favori pour le titre. Ce sera un adversaire très difficile, mais c'est superbe de jouer le Brésil et de pouvoir faire du bon travail contre eux. La Suisse et la Serbie ne sont pas fortes sur le papier, ce sont des adversaires auxquels nous pouvons nous comparer. On peut les jouer les yeux dans les yeux.»

Mladen Krstajic (sélectionneur de la Serbie): «Le match contre la Suisse sera la clef du groupe. Derrière le Brésil, les trois équipes peuvent se qualifier.»

Ronaldo (ancien international brésilien, au micro de Sportv): «Tous les groupes sont bien équilibrés. Nous pouvons être contents du groupe dans lequel nous sommes tombés, nous avons totalement les moyens de terminer premiers. Il y a d'autres groupes plus compliqués, comme celui du Portugal et de l'Espagne. Notre groupe est accessible et Tite doit déjà être en train de préparer son plan.»

(NewsXpress)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!