États-Unis: Un pirate informatique suisse inculpé par un grand jury
Publié

États-UnisUn pirate informatique suisse inculpé par un grand jury

Tillie K., un résident de Lucerne de 21 ans, est accusé d’avoir piraté des caméras de surveillance de la start-up californienne Verkada installées dans les usines de Tesla, des hôpitaux, des prisons, des écoles et d’autres organisations.

Image d’illustration.

Image d’illustration.

AFP

Un grand jury américain a mis en accusation jeudi le hacker suisse Tillie K., soupçonné d’avoir orchestré le piratage de dizaines de milliers de caméras de vidéosurveillance aux États-Unis début mars.

Tillie K., âgé de 21 ans et résidant à Lucerne (Suisse), a été inculpé pour des faits d’«intrusion informatique et de vol de données et d’identité s’étalant de 2019 à aujourd’hui», a indiqué dans un communiqué le ministère américain de la Justice (DOJ).

«Le vol d’identifiants et de données et la publication de codes sources et d’informations brevetées et sensibles sur internet ne sont pas protégés par la liberté d’expression», a déclaré Tessa M. Gorman, une procureure de l’État de Washington (ouest des États-Unis) «Il s’agit de vol et de fraude.»

Pseudonymes

Le nom de Tillie K., aussi connu sous les pseudonymes «deletescape» et «tillie crimew», a circulé dans les médias américains après le piratage de caméras de surveillance de la start-up californienne Verkada installées dans les usines de Tesla, des hôpitaux, des prisons, des écoles et d’autres organisations, puis la diffusion des images volées sur les réseaux sociaux.

Dans son communiqué, le gouvernement américain accuse pour sa part le jeune homme et ses complices d’avoir piraté des dizaines d’entreprises et d’organisations gouvernementales et d’avoir publié les données confidentielles de plus de 100 entités sur internet.

Le DOJ liste plusieurs cyberattaques s’étant déroulées dans l’État de Washington, ayant notamment visé un fabricant d’équipement militaire en avril 2020 ainsi qu’un constructeur automobile et une société d’investissement en janvier et pour lesquelles il soupçonne Tillie K..

Perquisition

Le ministère indique aussi que les autorités helvétiques ont mené vendredi dernier une perquisition au domicile de Tillie K. à Lucerne en collaboration avec le FBI.

«Un cybercriminel peut se trouver n’importe où dans le monde. Grâce à nos partenariats étrangers, les frontières internationales ne leur offrent pas de refuge pour leurs activités illégales», a déclaré Donald Voiret, un agent du FBI à Seattle (Washington).

Selon Bloomberg, qui s’est procuré le mandat de perquisition, le raid était lié à une enquête du FBI sur «le piratage de bases de données informatiques et le vol et la distribution d’informations qui en ont résulté, dont des codes sources, des documents confidentiels et des données utilisateurs internes».

(AFP)

Ton opinion