Genève: Un hibou grand-duc s'égare dans un tunnel
Actualisé

GenèveUn hibou grand-duc s'égare dans un tunnel

Une patrouille de police est tombée nez-à-nez sur l'impressionnant volatile alors qu'il s'apprêtait à dévorer un pigeon.

par
Maria Pineiro
Des images de l'incursion du hibou grand-duc dans le tunnel de Carouge ont été capturées par les caméras de vidéo surveillance.

Des images de l'incursion du hibou grand-duc dans le tunnel de Carouge ont été capturées par les caméras de vidéo surveillance.

Etat de Genève

La vie nocturne en milieu urbain recèle toutes sortes de surprises. Celle rencontrée par une patrouille de police lundi à 2h du matin dans le tunnel de Carouge est plutôt rare. Au milieu de l'ouvrage, sur la chaussée, les gendarmes ont repéré une masse non identifiée.

Alors qu'ils s'approchaient pour la dégager, quelle n'a pas été leur surprise de la voir bouger. «Une fois à dix mètres, la forme a tourné la tête. Les policiers se sont alors aperçus qu'ils avaient affaire à un hibou assis sur la route, tenant dans ses pattes un pigeon vraisemblablement fraîchement chassé», relate Jean-Philippe Brandt, porte-parole.

1,80 m les ailes déployées

La bête, un grand-duc, mesurait, aux dires des gendarmes, quelque soixante centimètres en position assise. Les ailes déployées, il peut atteindre 1,80 m, informe Genève-Environnement sur sa page Facebook qui a rendu public l'épisode.

«Les policiers ont demandé la fermeture du tunnel par la mise au rouge des feux d'entrée, poursuit Jean-Philippe Brandt. Puis, ils ont escorté le grand-duc jusqu'à la sortie direction Carouge.» Le hibou a abandonné sa proie, puis obtempéré en sautillant avant de s'envoler. Au vu de l'heure matinale de l'intervention, le trafic n'a pas été perturbé.

Rare mais pas inédit

«C'est une rencontre rare, mais pas inédite», indique Gottlieb Dändliker. L'inspecteur cantonal de la faune explique que la présence de grands-ducs est avérée sur le Salève ou le Vuache. «Ils sont observés en moyenne une fois par année dans le canton, où ils viennent chasser dans la campagne. En ville, c'est exceptionnel. Nous savons qu'il y a des pigeons dans le tunnel de Carouge, ce qui peut expliquer cette rencontre.»

Gottlieb Dändliker juge cette observation plutôt positive. Le grand-duc a longtemps été persécuté et a donc fui les centres peuplés, précise-t-il. «S'il revient, c'est qu'il se sent plus à l'aise. Le fait que les villes soient colonisées par d'autres oiseaux, autant de proies potentielles, est sans doute également une raison de son retour.»

Ton opinion