Actualisé 29.07.2016 à 07:29

BrésilUn homme lié à l'EI arrêté à huit jours des JO

Les services antiterroristes ont arrêté un homme supposé lié à Daech, mais pas à la cellule déjà démantelée.

1 / 145
Selon Le Monde, la justice française dispose d'éléments  mettant en cause le processus d'attribution des JO à Rio. (Vendredi 3 mars 2017)

Selon Le Monde, la justice française dispose d'éléments mettant en cause le processus d'attribution des JO à Rio. (Vendredi 3 mars 2017)

Keystone
La police de Rio souhaite entendre le patron du CIO dans l'enquête sur le trafic de billets pendant les JO. (Jeudi 8 septembre 2016)

La police de Rio souhaite entendre le patron du CIO dans l'enquête sur le trafic de billets pendant les JO. (Jeudi 8 septembre 2016)

AFP
Hope Solo avait traité les Suédoises de lâches après son match perdu en quart de finale des JO à Rio. Elle a été suspendue six mois pour ses propos. (Mercredi 24 août 2016)

Hope Solo avait traité les Suédoises de lâches après son match perdu en quart de finale des JO à Rio. Elle a été suspendue six mois pour ses propos. (Mercredi 24 août 2016)

AFP

Entre la semaine de l'arrestation d'une cellule soupçonnée de préparer des attentats, et celle du début des JO-2016, la lutte antiterroriste au Brésil a rebondi jeudi avec l'arrestation d'un homme qui a prêté allégeance au groupe Etat islamique (EI).

La police a annoncé jeudi avoir arrêté la veille un Brésilien d'origine libanaise, Chaer Kalaoun, d'une trentaine d'années, lié à Daech.

«Le détenu à Rio de Janeiro était déjà impliqué, il avait un lien avec des entités terroristes depuis la Coupe du monde (2014)», a déclaré dans la soirée le ministre de la Justice, Alexandre de Moraes, en visite dans l'Etat régional de Bahia (nord-est).

Allégeance et recrutement

«Ensuite, nous avons continué à enquêter sur lui et il a quitté le Brésil», a-t-il ajouté. «Il est allé en Syrie, est revenu au Brésil et a fait allégeance au groupe Etat islamique. C'est pourquoi il a été nécessaire d'approfondir l'enquête et nous avons décrété sa capture».

Selon la presse brésilienne, la police soupçonnerait Chaer Kalaoun de recruter des gens au Brésil.

Les quotidiens Folha et Estado de Sao Paulo indiquent que Chaer Kalaoun s'était rendu au Liban en 2013 et qu'en 2014, pendant le Mondial de football, il avait été arrêté pour port d'armes illégal. Le procès est encore en cours.

«Rien de concret»

L'avocat de Chaer Kalaoun, Edison Ferreira, a dit à l'AFP jeudi matin que son client avait «été conduit cette nuit dans la prison d'Ary Franco à Rio et a été arrêté pour avoir posté des commentaires sur l'Etat islamique; mais il n'y a rien de concret».

«Il n'a aucun lien avec le groupe EI», a insisté l'avocat. «Il ne lui a pas prêté allégeance; donc, il n'est pas en train de recruter, d'amener des personnes, de collaborer ni d'encourager les projets du groupe EI».

Selon lui, son client est un musulman qui a vécu au Liban dans son adolescence. Il travaille dans des affaires familiales dans le quartier populaire du Saara, au centre de Rio, célèbre pour sa cohabitation pacifique entre commerçants juifs et arabes.

Pas de lien avec la cellule

La police et le ministre de la Justice ont par ailleurs précisé que cette arrestation n'avait «aucune relation» avec l'opération Hashtag de la semaine dernière, lors de laquelle avait été arrêtée une cellule de 12 personnes planifiant des attaques terroristes pendant les JO (5-21 août).

Dans un contexte international marqué par la multiplication des attaques ces dernières semaines, notamment le meurtre d'un prêtre dans une église normande mardi, le dispositif sécuritaire prévu pour les JO s'est déployé depuis dimanche dernier, avec la mobilisation de quelque 85'000 membres des forces de l'ordre.

Tension sociale

Sur un tout autre plan, l'avant-JO pourrait être marqué par un conflit social: la proximité de l'événement planétaire a poussé un syndicat du métro carioca à revendiquer une hausse salariale de près de 10%, pour s'ajuster à l'inflation, faute de quoi il appellerait à la grève le 4 août, veille de la cérémonie d'ouverture.

Sur le plan sportif enfin, le Village olympique continuait d'accueillir les athlètes par centaines. La délégation russe, amputée d'une centaine de sportifs dans le cadre du vaste scandale de dopage, était attendue dans la soirée.

Les finitions en urgence dans le Village, alors que la moitié de ses 31 immeubles présentaient des problèmes lors de son inauguration dominicale, étaient dans leur dernière ligne droite.

Mais le recours en urgence de plus de 600 plombiers s'est fait dans l'irrespect des conditions de travail, selon le ministère du Travail.

Rio2016, le comité d'organisation des Jeux, a assuré qu'il allait produire les contrats au ministère.

Conditions d'emploi

L'entrée des plombiers dans l'enceinte ultra-sécurisée des athlètes s'est faite, elle aussi, parfois dans la précipitation, sans tous les contrôles nécessaires, selon le journal Extra.

Cité par ce média, Rio2016 a admis qu'«un groupe d'employés n'a pas été contrôlé, mais il a toujours été supervisé pendant le travail». Sollicité par l'AFP pour davantage de précisions, Rio2016 n'avait pas répondu en fin de journée.

Le président du Comité international olympique (CIO), Thomas Bach, s'est s'installé jeudi au Village, au lendemain de son arrivée à Rio.

Derniers préparatifs

«Je vais poser ma valise dans ma chambre et si c'est possible, j'y dormirai trois ou quatre fois, ce serait génial», a dit l'Allemand qui n'a pas tari d'éloges sur le Village, et qui devrait être logé ailleurs afin de pouvoir assister aux réunions quotidiennes.

Jeudi, Usain Bolt, l'homme le plus rapide du monde (9 sec 58 sur 100m), a fait son premier entraînement à Rio à huis clos au lendemain de son arrivée.

Le Jamaïcain, logé hors du Village olympique, vise un «triple-triple» à Rio-2016 (troisième triplé en or sur 100m, 200m et relais 4x100m, après Pékin-2008 et Londres-2012). (nxp/afp)

(NewsXpress)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!