France - Grenoble: un homme s’immole par le feu à l’hôpital universitaire
Publié

FranceGrenoble: un homme s’immole par le feu à l’hôpital universitaire

Un quinquagénaire s’est aspergé d’un liquide inflammable avant d’y mettre le feu, mardi matin alors qu’il était en consultation au CHU isérois.

1 / 1
Le Centre hospitalier universitaire de Grenoble a été mardi matin le théâtre de l’immolation par le feu d’un homme d’une cinquantaine d’années.

Le Centre hospitalier universitaire de Grenoble a été mardi matin le théâtre de l’immolation par le feu d’un homme d’une cinquantaine d’années.

AFP

Un homme de 54 ans s’est immolé par le feu mardi matin au sein des locaux de l’hôpital de Grenoble, et son pronostic vital est engagé, a-t-on appris auprès de la police et du CHU.

Il s’était présenté vers 10 h avec sa compagne pour exiger des soins dentaires mais, «insatisfait de la réponse apportée», il s’est immolé «face au personnel», a précisé le procureur de Grenoble dans un communiqué.

Les faits ont eu lieu, au 7e étage de l’immense bâtiment situé sur la commune de la Tronche, près de Grenoble, a indiqué la communication du CHU Grenoble-Alpes, confirmant une information du quotidien régional «Le Dauphiné Libéré».

Le quinquagénaire a tout de suite été secouru au sein du service de déchoquage de l’hôpital, mais avec un pronostic vital engagé, précise la police de Grenoble, alertée vers 10 h 40. Il a ensuite été transféré par hélicoptère au sein du service des grands brûlés de l’hôpital Édouard Herriot de Lyon.

Connu de la justice pour des menaces et des violences

L’homme, «connu de la justice pour des menaces et violences», a «sorti de son sac à dos une bouteille contenant une substance inflammable» pour s’immoler au sein du service de chirurgie maxillo-faciale, a ajouté le procureur Eric Vaillant.

Une enquête a été ouverte pour «détention sans motif légitime de substance explosive permettant de commettre des dégradations».

«Les équipes du CHU, qui ont de suite pris en charge la victime sont très affectées et nous leur apportons tout notre soutien», a déclaré une porte-parole du CHU Grenoble-Alpes.

(AFP)

Ton opinion