Actualisé 12.01.2010 à 08:29

Recrutement délirant

Un hôpital lance une vidéo déjantée pour engager du personnel

Des patients dansent avec leur poche de perfusion, un médecin chante à tue-tête, une enfant joue du stéthoscope: un hôpital canadien se présente sous un jour ludique voire loufoque dans une vidéo promotionnelle tournée pour recruter du personnel.

La vidéo, inspirée du phénomène des «lip dubs», ces clips promotionnels maison chantés en play-back sur un tube populaire et filmés en un plan séquence, met en scène une jeune fille venue déposer son curriculum vitae. Elle parcourt les couloirs de l'hôpital du Sacré-Coeur de Montréal, entourée du personnel soignant qui chante et danse sur un air québécois connu.

«Un jour, un jour quand tu viendras, nous t'en ferons voir de grands espaces, un jour, un jour quand tu viendras, pour toi nous retiendrons le temps qui passe», entonnent en coeur infirmières, médecins et concierges, sur une chanson devenue célèbre lors de l'Exposition universelle de 1967 dans la métropole québécoise.

La formule semble fonctionner: depuis sa mise en ligne début septembre, la vidéo a été vue plus de 60 000 fois. En quelques semaines l'hôpital a vu arriver 2600 CV. «L'équivalent de ce qu'il avait reçu en près de six mois l'année dernière, qui était pourtant une année record», affirmait en décembre le directeur général de l'hôpital, Michel Larivière.

«C'est environ 200 personnes qu'on a pu recruter, (...) beaucoup plus que par les années antérieures», confie le directeur des ressources humaines (DRH) de l'établissement, Daniel Dubé.

En misant sur une vidéo de type «lip dub», l'hôpital ciblait des recrues potentielles dans la vingtaine, fraîchement sorties des établissements de formations secondaires et des universités.

Les «acteurs» du clip, une quarantaine d'employés volontaires, bénévoles, espéraient ainsi convaincre des infirmières, mais aussi des ergothérapeutes, anesthésistes, kinésithérapeutes, secrétaires ou encore aides soignants de rejoindre l'établissement hospitalier.

L'objectif était double: l'établissement misait aussi sur l'exercice pour retenir son personnel. «C'est bien beau de recruter du sang neuf, mais si on recrute autant de personnes qu'on en perd, il faut recommencer chaque année», explique Yannick Manuri, qui a participé à mettre au point cette campagne pour la société de communications Espresso Interactif.

Pour faire mousser le phénomène, l'hôpital a même eu recours au «marketing viral», comptant sur le bouche à oreille des réseaux sociaux sur internet pour faire parler de lui avant de lancer en bonne et due forme sa vidéo.

La campagne publicitaire nouveau genre n'a toutefois pas convaincu tout le monde du premier coup: «disons que, moi, je ne suis pas de cette génération, j'étais assez perplexe», confie le DRH Daniel Dubé. «J'ai été tout à fait étonné de voir l'effet. On a été rapidement inondés d'appels de gens cherchant des informations».

Plusieurs «lip dubs» ont fait jaser récemment, notamment celui de la section jeunesse de l'UMP, le parti du président français Nicolas Sarkozy, qui reprend un air interprété par la Québécoise Marie-Mai.

Les Jeunes UMP ayant repris la chanson sans l'autorisation de son auteur, un différend oppose la chanteuse et le parti présidentiel à propos des droits d'auteur.

Le clip des Jeunes UMP

(afp)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!