Actualisé 29.01.2014 à 06:21

Genève

Un hôtel flottant débarque sur les rives du Léman

Un luxueux voilier va bientôt faire office de bed and breakfast sur le lac. Il pourra accueillir jusqu'à douze hôtes, dans six cabines séparées.

de
Laurent Morel
Le navire, un Sanya 57, permettra d'élargir l'offre hôtelière en s'amarrant non loin des manifestations.

Le navire, un Sanya 57, permettra d'élargir l'offre hôtelière en s'amarrant non loin des manifestations.

A quelques dizaines de mètres du Jet d'eau, il sera bientôt possible d'embarquer à bord d'un imposant catamaran, pour y passer la nuit. Dans les prochains jours, le bateau d'environ 17 m de long sera amarré au port des Eaux-Vives. Son propriétaire compte organiser différentes croisières sur le Léman en été, et en faire un bed and breakfast en hiver.

«A l'origine, j'étais physio, lance Jean-Luc Oestreicher. Mais mes mains ne me permettaient plus de travailler.» L'idée lui vient alors de se lancer dans l'hôtellerie lacustre. «On se doit de mettre en valeur le Léman pour les touristes, estime le directeur du projet. Ce voilier permet de proposer des lits supplémentaires pour les manifestations tout autour du lac, car il a l'avantage de se déplacer.»

Selon les offices du tourisme locaux, c'est une première sur le Léman. Certes, plusieurs propriétaires louent parfois leurs voiliers, mais ceux-ci sont bien plus petits que le catamaran genevois, qui pourra héberger jusqu'à douze personnes à la fois dans six cabines.

Pour une simple nuit avec petit déjeuner, il faudra compter au minimum une centaine de francs par personne. Les prix varient ensuite selon l'offre proposée. La CGN, qui avait un temps imaginé un tel projet sur un navire Belle Epoque, avait abandonné l'idée, pas assez rentable.

Pour arriver à bon port, un long périple

Construite à La Rochelle (F), l’embarcation a voyagé par la mer et les fleuves jusqu’à Mâcon depuis l’été. Le voilier prendra ensuite la route jusqu’à Sciez, en France voisine, où il sera mis à l'eau. L’arrivée du convoi de 9 m de large nécessitera la fermeture de l’autoroute. Des obstacles seront détruits puis reconstruits, et des arbres élagués. Le tout devrait coûter environ 200'000 fr. Le transport devrait s’effectuer de nuit, du 3 au 5 février.

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!