Valais: Un hôtel géré par une majorité de handicapés
Actualisé

ValaisUn hôtel géré par une majorité de handicapés

Un hôtel ouvrira ses portes le 1er octobre à Martigny. La particularité de ce trois étoiles: les employés sont majoritairement des personnes handicapées mentales.

Bertrand Gross, droite, le directeur de l'hotel et Emilien Marclay, gauche, futur serveur de l'hotel posent dans une chambre temoin du «Martigny Boutique-Hotel.»

Bertrand Gross, droite, le directeur de l'hotel et Emilien Marclay, gauche, futur serveur de l'hotel posent dans une chambre temoin du «Martigny Boutique-Hotel.»

Le chantier arrive à son terme, a annoncé mercredi Jean-Marc Dupont. Il dirige la Fondation valaisanne en faveur des personnes handicapées mentales (FOVHAM) qui a lancé ce projet il y a deux ans. Le nouvel établissement se veut un laboratoire avant-gardiste d'une hôtellerie intégrée et responsable.

Près de deux ans de travaux et un investissement de 15 millions de francs ont été nécessaires pour mettre en place le complexe. Le projet a séduit le mécène de Martigny Léonard Gianadda. Il en résulte un partenariat dynamique avec la fondation Gianadda.

Chacune des 44 chambres et six suites seront décorées avec des éléments en relation avec les expositions de la fondation. De ce fait, toutes porteront un nom différent. Le rez-de-chaussée servira de cadre à des tableaux d'artistes de la FOVHAM et à quelques objets archéologiques prêtés par le parrain du projet.

L'établissement veut attirer une clientèle d'affaires. Il propose une salle de conférences et de séminaires équipée des dernières technologies. L'établissement proposera une cuisine péruvienne que le futur directeur qualifie de «très en vogue». Il collaborera activement avec les producteurs locaux pour mettre en avant leurs talents d'artisans.

L'hôtel emploiera 44 personnes dont une trentaine de personnes handicapée. Mais il ne s'agit pas d'un hôtel social. L'établissement a une vocation commerciale et devra tourner de lui-même. La FOVHAM accueille plus de 300 personnes. Deux tiers travaillent en atelier, une soixantaine dans des grandes surfaces, des crèches ou des magasins. (ats)

Ton opinion