Actualisé 04.12.2006 à 21:22

Un hôtel quatre-étoiles braqué au petit matin

Le veilleur de nuit de l'Hôtel de la Paix a été ligoté et bâillonné dans la cuisine durant une heure et demie tôt hier matin.

Menacé avec un pistolet, il avait auparavant dû remettre à ses agresseurs l'argent du coffre ainsi que celui qui se trouvait dans son porte-feuille. Le butin s'élève à quelque milliers de francs. Il a été découvert et libéré, choqué, par un autre employé peu avant 5 h. «L'essentiel est qu'il n'ait pas été blessé. Nous allons lui laisser le temps de se remettre», explique Stefano Brunetti, directeur de l'hôtel.

Dont le seul souvenir d'un cas similaire remonte à une quinzaine d'années. Les malfrats couraient encore hier en fin de journée. Les grands hôtels attirent plus les convoitises que ceux des catégories inférieures. Mais, corollaire, «plus ils ont d'étoiles et plus plus les exigences en matière de sécurité sont élevées», explique Philippe Thuner, président des hôteliers vaudois.

Craignent-ils pour autant de vivre ce genre de mésaventure? «Oui, mais nous nous sommes donné les moyens de les prévenir», précise Jean-Jacques Gauer, manager général du Lausanne Palace. Une cinquantaine de caméras de surveillance scrutent l'intérieur et les abords immédiats de l'hôtel. Qui est également équipé de barres d'alarme, comme dans les banques, permettant au personnel de donner discrètement l'alarme. Le palace dispose, de plus, de son propre personnel de sécurité. La police conseille aux hôteliers de ne pas conserver trop de liquide dans leurs coffres. Mais celui-ci est de plus en plus remplacé par la monnaie électronique.

Cédric Alber

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!