Un immeuble s'effondre, le Liban pleure ses enfants
Actualisé

Un immeuble s'effondre, le Liban pleure ses enfants

Plus de 60 personnes, dont 34 enfants, ont été tuées dans un raid israélien sur le village de Cana, au Liban-Sud.

L'immeuble de trois étages, qui regroupait des civils qui avaient fuit des zones jugées encore plus dangereuses, s'est effondré dans une zone résidentielle du village, situé à l'est de Tyr. L'armée israélienne a annoncé qu'elle avait visé Cana parce que des missiles ont été tirés à plusieurs reprises depuis cet endroit.

Tsahal avait lancé des prospectus sur ce village il y a plusieurs jours, demandant aux civils de partir. Le premier ministre israélien, Ehud Olmert, a déclaré que «l'armée n'avait pas reçu l'ordre de frapper des civils libanais», tout en faisant part de «son profond chagrin» à la suite du bombardement. Il a ordonné l'envoi de secours humanitaires mais a rejeté un cessez-le-feu.

Ce bombardement a entraîné l'annulation de la visite de la ministre des Affaires étrangères américaine, Condoleezza Rice, à Beyrouth et a déclenché de nombreuses condamnations à travers le monde. Les Etats-Unis ont également exhorté Israël à la retenue, tout en renouvelant leur soutien à l'Etat hébreu. Des Américains qui ont fait savoir qu'ils menaient «des consultations» avant de se prononcer sur le projet de résolution demandant un cessez-le-feu immédiat au Liban, présenté par la France, à l'ONU.

Une résolution soutenue par la Suisse. Pour leur part, des responsables militaires israéliens ont émis des doutes sur l'origine de l'explosion, en soulignant que sept heures séparaient leur raid de l'explosion meurtrière.

(afp)

Ton opinion