Lausanne: Un incendie nocturne réveille Praz-Séchaud
Actualisé

LausanneUn incendie nocturne réveille Praz-Séchaud

Des containers du quartier du nord-est lausannois ont pris feu dans la nuit de lundi à mardi. Il n'y a pas de victime, mais une enquête a été ouverte pour en déterminer les causes.

par
Mirko Martino
1 / 6
L'intervention des pompiers dans la nuit de lundi à mardi dans le quartier de Praz-Séchaud.

L'intervention des pompiers dans la nuit de lundi à mardi dans le quartier de Praz-Séchaud.

MMS-Reporter
Les dégâts faits par les flammes.

Les dégâts faits par les flammes.

MMS-Reporter
Les dégâts faits par les flammes.

Les dégâts faits par les flammes.

La police et les pompiers de la ville de Lausanne ont été appelés dans la nuit de lundi à mardi pour un incendie dans le quartier de Praz-Séchaud. «Il était environs minuit et je m'apprêtais à aller me coucher quand j'ai entendu les sirènes et vu les gyrophares par la fenêtre, raconte Céline, une habitante du quartier. Je ne suis pas sortie voir ce qui se passait, car je ne voulais pas laisser mon fils de trois ans et demi tout seul.»

Dehors, cinq véhicules des pompiers et treize hommes du feu s'affairaient à éteindre le feu qui a ravagé une structure en bois destinée à abriter les différents containers pour le tri. «L'incendie a été rapidement maîtrisé, révèle Jean-Philippe Pittet, porte-parole de la police lausannoise. Il n'y a pas eu de victime, ni aucun blessé, mais nous avons néanmoins fait évacuer l'immeuble le temps de l'intervention pour être sûr que personne ne serait importuné par la fumée.»

Et le représentant des forces de l'ordre de préciser: «A cause de la chaleur, des vitres ont été endommagées au 1er étage de l'immeuble. Nous avions cinq voitures et dix hommes sur place, mais les causes de l'incendie sont encore inconnues. La police judiciaire mène son enquête. Il est trop tôt pour dire si c'est le fait de petit vandales ou d'un simple mégot de cigarette mal éteint.»

L'incendie a sorti de leur lit une cinquantaine d'habitants du quartier, comme Myriam, venue sur les lieux pour voir ce qu'il s'y passait. «Je n'ai été que partiellement surprise, relève-t-elle. Il y a trois ou quatre ans, il y avait parfois des feux de voitures ou de containers. Mais depuis, on n'en avait plus vu.» Et celle qui habite à quelques mètres de là de s'étonner: «Voir autant de pompiers et de policiers mobilisés pour ce qui était somme toute un petit incendie est impressionnant. Parfois, on se demande si ce n'est pas démesuré.»

Ton opinion