Actualisé 17.05.2017 à 05:13

Zoug

Un inconnu filmait sous les jupes à la gare

Un passant a surpris un homme en train de filmer avec son téléphone portable sous la jupe de deux femmes. Ce genre de cas n'est pas isolé.

de
dag/rmf
Les faits se sont déroulés dans la gare de Zoug.

Les faits se sont déroulés dans la gare de Zoug.

20 Minuten

Dimanche soir, un passant a été le témoin de deux scènes d'agression sexuelle en gare de Zoug. Un homme aux cheveux gris tenait son téléphone portable sous la jupe d'une femme.

«Sur les escaliers menant à la voie 3, j'ai ensuite vu le pervers qui filmait l'entrejambe d'une autre femme par derrière», raconte le citoyen sur la page Facebook «Les Zougois aident les Zougois». «Je suis allé vers cet homme, je l'ai saisi par sa veste en cuir et je lui ai dit de me suivre en bas des escaliers», poursuit-il.

Le témoin voulait amener l'homme au guichet des CFF, mais celui-ci se débattait. Deux agents de la police des transports des CFF ont finalement appelé la police. Celle-ci a enregistré son identité et récupéré les images, avant de le laisser partir.

Dépôt de plainte nécessaire

L'identité des deux femmes est pour l'instant inconnue. Cependant, pour que l'homme puisse être poursuivi, il est nécessaire que les victimes portent plainte. «De tels agissements ne sont pas tolérables, affirme le porte-parole de la police de Zoug. Il est donc très important que les victimes entrent en contact avec la police et déposent plainte.»

Un cas similaire a été signalé samedi, à Zoug toujours. Cette fois, la victime, une jeune de 15 ans, est allée déposer plainte avec sa mère. La fille avait été filmée dans la cabine d'essayage d'un magasin d'habits. «J'avais peur, je ne savais pas comment réagir», explique la fille choquée à «20 Minuten». Elle a finalement tout raconté à sa mère, qui l'a poussée à porter plainte.

Selon le porte-parole de la police de Zoug, les forces de l'ordre enquêtent actuellement pour déterminer s'il s'agit de la même personne dans les trois cas.

Cas pas isolés

Ce n'est pas la première fois que des femmes sont filmées ou photographiées à leur insu en Suisse. En 2014, 8 femmes avaient porté plainte en Argovie contre un inconnu qui postait des vidéos de leur postérieur sur internet.

Les forces de l'ordre rappelaient néanmoins qu'il était difficile d'agir dans ce cas, parce que l'inconnu avait pris soin de flouter les visages, et que les enregistrements avaient été pris dans un espace public. Le site à caractère pornographique avait toutefois accepté de supprimer les enregistrements de celles qui le demandaient.

A Genève en 2012, une plateforme internet avait été créée pour recenser les plus belles fesses de la ville, prises en photo également dans la rue. Aujourd'hui, le site qui avait créé la polémique a disparu. Plus récemment, aux Grisons en septembre dernier, un fétichiste s'était adonné à filmer les pieds des passantes pour les poster sur un site pornographique.

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!