Proche-Orient - Frappe israélienne sur l’immeuble de la chaîne de télévision Al-Jazeera à Gaza
Actualisé

Proche-OrientFrappe israélienne sur l’immeuble de la chaîne de télévision Al-Jazeera à Gaza

Tsahal a visé samedi le bâtiment abritant les médias Al-Jazeera et Associated Press dans l’enclave palestinienne. Parallèlement, un Israélien a été tué près de Tel-Aviv par des tirs de roquette.

L’armée israélienne a mené une frappe samedi sur l’immeuble d’une dizaine d’étages abritant les locaux de la chaîne de télévision qatarie Al-Jazeera et l’agence de presse américaine Associated Press (AP) dans la bande de Gaza, ont constaté des journalistes de l’AFP. «Une frappe israélienne a dévasté la tour qui abrite les bureaux d’AP dans la ville de Gaza», a écrit sur Twitter Jon Gambrell, un journaliste de l’agence américaine.

Une frappe israélienne a dévasté la tour qui abrite les bureaux d’AP dans la ville de Gaza», a écrit sur Twitter Jon Gambrell, un journaliste de l’agence américaine. «L’armée a prévenu le propriétaire de la tour dans laquelle AP a ses locaux qu’elle serait ciblée» par une frappe, avait-il écrit peu de temps avant. Des journalistes ont vu la tour de 13 étages se faire pulvériser par plusieurs missiles.

La chaîne Al-Jazeera a confirmé sur Twitter que ses locaux étaient dans ce bâtiment et a retransmis en direct les images de la tour s’effondrer dans un nuage de poussière. Sollicitée par l’AFP, l’armée israélienne n’a pas réagi à ces informations dans l’immédiat.

AFP

Al-Jazeera dénonce un «crime de guerre»

Le directeur d’Al-Jazeera a dénoncé un «crime de guerre» et une tentative de «faire taire les médias» après que l’armée israélienne a bombardé l’immeuble abritant les locaux de la chaîne de télévision qatarie et d’autres groupes de presse.

«La destruction des bureaux d’Al-Jazeera et de ceux d’autres médias dans la tour Al-Jalaa à Gaza est une violation flagrante des droits humains et est considérée internationalement comme un crime de guerre», a dénoncé Mostafa Souag, le directeur général par intérim du groupe qatari.

«Le but de ce crime odieux est de faire taire les médias et de cacher le carnage et la souffrance indicibles de la population de Gaza», a-t-il déclaré.

Le directeur de l’information d’Al-Jazeera, Assef Hamidi, a indiqué à l’AFP que la chaîne prendra «toutes les mesures pour poursuivre Israël», ajoutant que «la réponse la plus importante (était) de continuer à couvrir les événements».

L’agence AP «choquée et horrifiée»

L’agence de presse américaine AP s’est quant à elle dite samedi «choquée et horrifiée» par la frappe israélienne, la qualifiant de «développement incroyablement inquiétant».

«Nous sommes choqués et horrifiés par le fait que l’armée israélienne vise et détruise l’immeuble abritant le bureau d’AP et d’autres médias à Gaza», a dit dans un communiqué le patron de l’agence, Gary Pruitt.

«Ils connaissent depuis longtemps l’emplacement de notre bureau et savaient que des journalistes s’y trouvaient. Nous avons été avertis que l’immeuble serait frappé», a-t-il ajouté.

«C’est un développement incroyablement inquiétant. Nous avons évité de justesse de terribles pertes humaines. Une dizaine de journalistes et de pigistes d’AP se trouvaient dans l’immeuble et heureusement, nous avons pu les évacuer à temps», a-t-il précisé.

«Nous avons demandé des informations au gouvernement israélien et sommes en contact avec le département d’Etat américain pour essayer d’en savoir plus», a encore dit Gary Pruitt.

«Le monde sera moins informé sur ce qui se passe à Gaza à cause de ce qui s’est passé aujourd’hui», a-t-il conclu.

1 / 28
Le Premier ministre israélien, Benyamin Netanyahou, a dénoncé une «décision honteuse», après l'annonce du Conseil des droits de l’homme de l’ONU de lancer une enquête internationale sur les atteintes aux droits humains commises dans les territoires palestiniens occupés et en Israël depuis avril. (Jeudi 27 mai 2021)

Le Premier ministre israélien, Benyamin Netanyahou, a dénoncé une «décision honteuse», après l'annonce du Conseil des droits de l’homme de l’ONU de lancer une enquête internationale sur les atteintes aux droits humains commises dans les territoires palestiniens occupés et en Israël depuis avril. (Jeudi 27 mai 2021)

Reuters
Au centre, le secrétaire d'Etat américain Antony Blinken arrive en Israël pour tenter de consolider la trêve entre Israéliens et Palestiniens. (Mardi 25 mai 2021)

Au centre, le secrétaire d'Etat américain Antony Blinken arrive en Israël pour tenter de consolider la trêve entre Israéliens et Palestiniens. (Mardi 25 mai 2021)

AFP
Le Conseil de sécurité de l’ONU a appelé samedi à un respect «complet» du cessez-le-feu entre Israël et le Hamas, dans sa première déclaration depuis le début du conflit le 10 mai. (Dimanche 23 mai 2021)

Le Conseil de sécurité de l’ONU a appelé samedi à un respect «complet» du cessez-le-feu entre Israël et le Hamas, dans sa première déclaration depuis le début du conflit le 10 mai. (Dimanche 23 mai 2021)

AFP

Réaction de Washington

La Maison Blanche a indiqué samedi avoir dit à Israël qu’assurer la sécurité des journalistes était «capital», après la frappe israélienne qui a détruit à Gaza l’immeuble abritant les locaux de l’agence américaine AP.

«Nous avons dit directement aux Israéliens que garantir la sécurité des journalistes et des médias indépendants était une responsabilité d’une importance capitale», a tweeté Jen Psaki, la porte-parole de l’exécutif américain.

Israélien tué près de Tel-Aviv

Dans la même journée, un Israélien de 50 ans a été tué samedi midi à Ramat Gan, dans la banlieue de Tel-Aviv, après des tirs de roquette depuis la bande de Gaza, selon les services de secours israéliens et la police. «Bilan après l’explosion d’une roquette à Ramat Gan: un mort», a indiqué sur Twitter Micky Rosenfeld, porte-parole de la police israélienne. Les services de secours israéliens ont précisé dans un communiqué que l’homme, retrouvé «grièvement blessé», n’avait pas pu être réanimé.

Située à 70 km au nord de Gaza, la métropole de Tel-Aviv avait déjà été visée jeudi par des militants palestiniens tirant des roquettes depuis la bande de Gaza. Le mouvement islamiste Hamas a indiqué avoir tiré une salve de roquettes en représailles à une frappe israélienne «contre des femmes et des enfants» à Gaza. Peu de temps après, des sirènes d’alarme ont retenti à Tel-Aviv.

Par ailleurs, dix membres d’une famille palestinienne parmi lesquels huit enfants et deux femmes ont été tués samedi matin dans cette frappe, selon les secours palestiniens. Le dernier bilan des autorités palestiniennes fait état de 139 morts, parmi lesquels 39 enfants et 1000 blessés dans les bombardements israéliens sur la bande de Gaza depuis lundi.

En Israël, plus de 2300 roquettes ont été lancées sur le territoire israélien depuis lundi, tuant 10 personnes, parmi lesquelles un enfant et un soldat, et faisant plus de 560 blessés, selon les secours. Selon l’armée, le bouclier antimissile «Dôme de fer» a intercepté plus de la moitié de ces missiles.

(AFP)

Ton opinion