Actualisé 14.01.2014 à 22:24

Bex (VD)

Un jeu de fausses plaques pour passer «inaperçu»

Un homme a pris ses pinceaux pour immatriculer son véhicule afin d'éviter la fourrière. Mauvaise idée...

de
Joël Espi

Il suffit de s'approcher un peu pour découvrir la supercherie. Une plaque d'immatriculation peinte à la main, maladroitement à certains endroits, orne cette voiture garée là depuis quelque temps. Un faux numéro? Une copie, plutôt. «J'ai été surpris quand j'ai vu deux voitures côte à côte avec la même immatriculation!» s'est étonné un lecteur.

Contacté, le propriétaire affirme sa bonne foi. Pour lui, il ne s'agit pas d'une fraude mais d'un duplicata d'une plaque interchangeable qu'il utilise sur un autre véhicule. «Nous vivons en station. Avec cette petite voiture, il est trop difficile de monter une pente très raide pour accéder à notre maison», explique Rémy*. Mais la copie de sa plaque sert surtout à «ne pas faire jaser les voisins» car, selon lui, une voiture non immatriculée attire beaucoup plus l'attention...

«Il est interdit de parquer un véhicule sans plaque d'immatriculation sur la voie publique», confirme le porte-parole de la police cantonale. Mais pour Philippe Jaton, Rémy aurait mieux fait de laisser son auto sans rien: «En imitant une plaque, il se rend coupable de contrefaçon.» Selon la loi sur la circulation routière, celle-ci est punissable si une personne circule avec le véhicule incriminé. Les contrevenants risquent jusqu'à 3 ans d'emprisonnement, «ou une fois et demie le montant de la prime d'assurance, en cas d'accident», précise Philippe Jaton.

Rémy assure que son véhicule ne sort jamais de la place privée, pour laquelle il dispose de l'autorisation du proprié­taire, sans que la vraie plaque n'ait été posée.

* Prénom d'emprunt

Les modifications sont interdites

Repeindre une plaque illisible ou usée est interdit. L’ordonnance sur l’entretien des véhicules contraint les propriétaires à les ramener au Service des automobiles, car elles sont considérées comme prêtées. Les photos prises au radar permettent aussi de lire les numéros incomplets. La police peut par exemple utiliser le négatif de la photo afin d’y déceler le relief sur le métal.

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!